Après 13 ans d'interdiction, l'Entv diffuse enfin El Manara

La chaîne francophone de l'Entv, Canal Algérie, a diffusé jeudi dernier le film de Belkacem Hadjadj après plus de 13 ans de censure. Le film est pourtant coproduit avec l'Entv et Machaho production la boîte de production de Belkacem Hadjadj. Pourquoi cette diffusion aujourd'hui? En réalité, le film, qui avait été financé dans le cadre d'une politique de dénonciation du terrorisme à l'international, a été bloqué par les autorités algériennes suite à la promulgation de la Charte de la réconciliation nationale et la concorde civile. Mais depuis que l'Etat s'est inscrit dans la célébration officielle des 12 ans de la Réconciliation nationale, le film a enfin obtenu son visa d'exploitation afin d'être diffusé à la télévision. Une bonne nouvelle pour de nombreux cinéastes qui ont fait des films sur la décennie noire. Le film qui était censé traiter du rituel de la fête du Manara de Cherchell, condamné par les intégristes, traverse l'histoire contemporaine de l'Algérie de 1988 à 2005. C'est à travers l'histoire de trois amis proches: Asma, étudiante, Fawzi, journaliste et Ramdane, médecin, qui voient leur amitié amoureuse née pendant la décennie noire en Algérie. Alors que Fawzi et Asma défendent ardemment la démocratie, Ramdane se tourne vers l'intégrisme et l'islamisme. Un portrait très explicite de la décennie noire qui a été censuré durant plus de 13 ans par la télévision algérienne et n'avait pas reçu de visa pour être exploité comme il se doit dans les salles de cinéma. Le réalisateur Belkacem Hadjadj, qui a été invité par l'animateur de Canal Algérie pour commenter cette sortie n'a pas parlé de cette censure qui l'a profondément touché. Le film a été néanmoins piraté et largement diffusé dans les réseaux de vidéoclubs à l'époque. Il a néanmoins parlé du trou noir entre l'ancienne et l'actuelle génération des cinéastes algériens sur cette question. Mais cette ouverture de l'Entv sera-t-elle permise aux autres films sur la décennie noire? Notamment pour le film sur la période du terrorisme qui a été le plus récompensé et surtout le plus connu: Rachida, de Yamina Bachir Chouikh. Le film demeure encore interdit à l'Entv alors qu'il a été diffusé sur les chaînes maghrébines comme la 2M marocaine ou Nessma la tunisienne. L'émission Cinématique de Amir Nebbache, qui fait beaucoup pour la diffusion de certains films et documentaires renvoyés aux calendes grecques, a eu le courage de diffuser ce film qui remémore certains mauvais souvenirs. Dans une seconde lecture, le film est une véritable dissection de la société algérienne. Le scénariste d'El Manara Tahar Boukella (il a signé le scénario sous le pseudo Salim Aïssa, de peur d'être ciblé par les terroristes), a réussi à placer tous les acteurs de la tragédie dans cette histoire sans faire aucune distinction. Bien sûr, la censure est passée sur le film et la scène du viol a été supprimée évidemment, mais le reste a été laissé. Un bon point pour la liberté d'expression sur l'ex-Unique. Reste à confirmer si les autres films comme Le repenti de Merzak Allouache et surtout Automne de Malik Lakhdar Hamina seront un jour diffusés sur l'Entv.