Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
28
 Biskra Min 18 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
30
 Annaba Min 22 °C Max 27 °C
39
 Mascara Min 15 °C Max 30 °C
34
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
12
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Dérapage raciste sur Beur TV

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

S'il y a une émission qui fait parler d'elle ces derniers temps, c'est bien l'émission «Emission impossible» diffusée sur Beur TV. L'émission, qui est présentée par le trio Abdou Semmar, Merouane Bendiab et Réda Anine, est un copié-collé de l'émission de Mustapha Kessaci, El Djazaïria Week-End qui avait été fermée suite à un dérapage du sulfureux Abdou Semmar. D'ailleurs, l'animateur est responsable de la fermeture d'une deuxième émission, Ki hna ki nass, animée également par Mustapha Kessaci sur KBC. Cette fois, le journaliste n'a pas fait équipe avec Semmar qui a lancé un journal électronique Algeriepart spécialisé dans les scandales et qui fait trembler le grand Alger. Obnubilé par la télévision, Abdou Semmar est revenu à Beur TV dans laquelle il avait travaillé avec un certain Adlène Mellah, fils de l'ancien directeur de communication du Premier ministre Abdelmalek Sellal, Belkacem Mellah. Avec l'émission Emission Impossible, le trio a voulu reprendre le concept d'El Djazairia en donnant la parole à l'opposition. Dans son dernier numéro, l'animateur très controversé, Abdou Semmar, qui porte le nom de Abdou Dwassa, a consacré son émission au secteur de la culture. Pour ce faire, il a invité un comédien qui s'exprime souvent sur les réseaux sociaux en dénonçant certaines productions: Imed Benchenni. Ce dernier est tombé à bras raccourcis sur tous les responsables de la culture, en passant par le ministre Azzedine Mihoubi et certains artistes algériens. Une heure de déballages qui ont offert une image lamentable du paysage culturel algérien, à quelques jours de la participation de l'Algérie aux Journées cinématographiques de Carthage. Si cette émission n'a pas fait réagir dans son contenu sur la gestion de la culture en Algérie, c'est le dérapage d'un des chroniqueurs, Réda Anine, qui a provoqué un tollé. En effet, l'artiste Réda Anine qui est connu sous le nom de «Réda Nech», qui a commencé sa carrière comme comédien dans le sitcom Caméra chorba et qui intervient comme chroniqueur, a comparé les Africains invités en Algérie à des animaux, oubliant au passage que l'Algérie est un pays africain. «Tu me ramènes un Africain pour qu'il danse à Didouche (rue d'Alger-Centre). Il me suffit de zapper sur National Geographic (Une TV qui diffuse des documentaires sur les animaux) pour le voir!», a déclaré ce comédien au niveau artistique et intellectuel limité. Plusieurs artistes ont réagi et condamné ce dérapage raciste exprimé sur un plateau de télévision. «Ce chroniqueur se présente comme artiste...Il n'en a ni le talent ni la conscience ni la morale ni l'éthique ni les valeurs», a commenté sur Facebook la scénariste et réalisatrice algérienne, Sofia Djama. Le journaliste Redha Menassel a, quant à lui, estimé que ces déclarations sont «à vomir» alors que la comédienne Salima Abada s'est étonnée que personne ne réagisse à cette affaire. Il y a quelques jours, un haut responsable africain invité à une conférence sur le patrimoine cinématographique, avait exprimé sa colère face au racisme dont il a été victime à la rue Larbi Ben M'hidi, en présence de nombreux invités étrangers et du ministre de la Culture. Les attaques contre les Africains sont devenues malheureusement ces derniers temps légion dans le pays.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha