Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Casablanca veut rassembler l'audiovisuel africain sans les Maghrébins

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le Salon de l'audiovisuel «Image et Son Africa», dédié aux professionnels de l'audiovisuel et du Broadcast en Afrique, qui s'est ouvert à Casablanca, il y a quelques jours, devait regrouper tous les acteurs africains sauf les principaux pays du Maghreb: l'Algérie, la Tunisie, l'Egypte, la Mauritanie et la Libye. Le salon a abrité plusieurs stands de prestigieuses marques internationales, spécialisées dans l'invention technologique dans le domaine de l'audiovisuel, de la communication et de la création artistique. Il y avait notamment LTS, grand opérateur présent au Maroc, au Cameroun et en Côte d'Ivoire et principal fournisseur pour d'autres pays africains. De même que de grandes multinationales telles que Sony, EVS, Avid, Transvideo, Seinheiser, Canon, Grassevalley, Canford sont présentes lors de cet événement de deux jours. Cette cinquième édition de «Image et Son» connaît la participation de télévisions et de radios africaines, notamment les chaînes de télévision du Sénégal, de Côte d'Ivoire, du Cameroun, de Mauritanie et du Burkina Faso, ainsi que les chaînes TV marocaines, des producteurs et des professionnels du secteur. Mais comment peut-on se targuer de réunir l'Afrique sans associer l'Afrique du Nord? Cette édition du Salon «Image & Son» a choisi plutôt les pays africains amis du Maroc notamment francophones, et ce suite à l'intérêt qu'accorde désormais le Maroc, à la consolidation des relations avec les pays du continent, ont déclaré les organisateurs de cet événement dont M. Omar Magoul, directeur général de «Interworld», agence d'événementiel professionnel dédié à l'Afrique. Le salon a abrité plusieurs conférences, tables rondes et ateliers de formation qui seront organisés au profit des exposants et des visiteurs afin de révéler aux différents acteurs les orientations stratégiques et leur permettre de prodiguer des formations pour mieux cadrer leurs business. S'agissant des conférences et des tables rondes, trois sujets thématiques sont retenus, à savoir «La TNT et les enjeux de la transition numérique: bilan et perspectives», «Les technologies liées à la haute définition», «Les nouvelles technologies, la création et la formation en Afrique» et «Le marché des contenus en Afrique». Mais comment peut -on organiser ce salon sans se soucier de l'importance et du progrès réalisés jusque-là par les principaux acteurs de l'audiovisuel en Afrique du Nord à l'image de l'Algérie, la Tunisie et surtout l'Egypte? Le Maroc, cependant a toujours été considéré comme le laboratoire d'expérience audiovisuelle de l'Espagne et de la France et a toujours négligé son indépendance audiovisuelle au point de rester loin du paysage audiovisuel privé, puisque le Royaume est resté le seul pays de la région du nord de l'Afrique à ne pas posséder de chaîne privée sur son territoire.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha