Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Changement prochain à la tête de la 2M

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Depuis quelques mois, les rumeurs sur les changements à la chaîne 2M marocaine se sont multipliées. Annoncé plusieurs fois partant après 18 ans de règne à la tête de la télévision et de la radio publiques marocaines, Fayçal Laraïchi serait effectivement sur le départ dans les prochains jours ont rapporté plusieurs médias marocains. «Il sera remplacé à la tête de la Snrt juste après le prochain conseil d'administration», a écrit un site spécialisé dans l'information confidentielle. Selon le même média cette rumeur a provoqué une «grosse colère» chez Fayçal Laraïchi en raison notamment du nom de celui qui va le remplacer et qui n'est autre que Hassan Khiyar, actuel DG de Médi 1 et de Médi 1 TV. Hassan Khiyar aurait déjà fêté avec ses intimes cette nomination qui sonne pour lui comme une promotion. En ce qui concerne la direction générale de 2M, dont le processus de privatisation devrait être entamé sous peu, c'est un revenant qui va être désigné, Abbas Azouzi, ancien patron de l'Onmt et de Médi 1 TV, précisent toujours certaines sources. Depuis 2014, les comptes de la 2M, la télévision la plus regardée au Maroc et la plus ouverte sur l'Europe sont dans le rouge. Miloudi Moukharik, secrétaire général de l'UMT, (l'Union marocaine du travail) demande au chef du gouvernement de réagir de toute urgence. Dans une lettre adressée au chef du gouvernement marocain, Sâad-Eddine El Othmani, le secrétaire général de l'Union marocaine du travail (UMT), exprime son inquiétude quant à la situation financière de la 2M. Lors du dernier conseil d'administration de la Soread, la crise financière a été évoquée une fois de plus, mais employés, comme direction de la chaîne, ne voient toujours pas le bout du tunnel. La chaîne est en difficulté depuis 2014 et à chaque conseil d'administration, le sujet est évoqué. «Il faudrait réagir et de manière urgente», précise Miloudi Moukharik dans sa lettre, adressée également au ministre de l'Économie et des Finances, au ministre de la Culture et de la Communication, au président de la Soread 2M et au directeur général de 2M. Le responsable syndical regrette que le gouvernement marocain n'ait pas réagi de manière effective au rapport de la Cour des comptes de 2015 qui évoquait déjà l'asphyxie de la chaîne de télévision, créée en 1989. Cette situation risque de coûter cher au gouvernement marocain sur le plan médiatique car le pays est actuellement dépassé par les offensives algérienne et tunisienne. Après avoir dominé l'audiovisuel maghrébin durant plus de 10 ans, le Maroc se retrouve en queue des pays développés en matière d'ouverture audiovisuelle. Au moment où la Tunisie, l'Algérie mais également le Mauritanie ont gagné dans le paysage audiovisuel arabe et maghrébin, le Maroc se retrouve totalement dépassé et surtout bloqué par un gouvernement islamiste.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha