Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Un Marocain à la tête du CSA belge

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Après l'entrée au gouvernement d'une ministre d'origine marocaine, la Belgique vient d'installer un Marocain à la tête du Conseil audiovisuel belge, le SMA (Service de médias audiovisuels). Et pourtant, rien ne prédestinait Karim Ibourki à cette fonction. 45 ans, d'origine belgo-marocaine - sa mère est de Braine l'Alleud, son père de Rabat-jadis collaborateur de Philippe Mahoux au Sénat, photographe de presse dans une autre vie professionnelle, enfin prochissime collaborateur de Rudy Demotte, comme porte-parole, directeur de communication, chef de cabinet ou fonctions apparentées, et cela depuis à peu près toujours, aux affaires sociales au sein du gouvernement fédéral, à la ministre-présidence en Wallonie, à la ministre-présidence en Fédération Wallonie-Bruxelles.
Le président aura pour mission de veiller à appliquer le décret SMA (Service de médias audiovisuels) auprès des éditeurs, mais pas uniquement. Il devra également prendre des initiatives et porter des projets qui feront écho à sa vision de la régulation de l'audiovisuel. Karim Ibourki ne s'est pas fait attendre pour adresser au personnel du CSA quelques éléments de sa vision du CSA belge. Il affirmé qu'il veillerait à garantir l'indépendance du CSA et de ses équipes. Le premier discours du président en présence des équipes confirme une volonté d'appliquer les valeurs de régulation pour l'ensemble des dossiers, mais aussi les grands rendez-vous qui approchent à grands pas. Parmi eux, l'analyse de marché, le plan de fréquences, le règlement des élections 2018, bref, un panel de sujets stimulants, mais qui apportent également leur lot de pression sur les équipes, précise le régulateur.
Le nouveau président promet de ne pas être un acteur de l'ombre. Il n'a pas l'intention de s'enfermer dans sa tour d'ivoire et d'emprunter la porte arrière de la régulation. Le nouveau président: «Je déteste le qualificatif de gendarme de l'audiovisuel pour désigner le CSA. On ne peut confiner notre organisme à une mission d'attribution de bons ou de mauvais points. Le CSA est un outil de service public au centre d'une série de réalités et de préoccupations du secteur et des consommateurs.»
L'arrivée d'un Marocain à la tête de l'audiovisuel belge va-t-il contribuer à l'ouverture aux investisseurs belges dans l'audiovisuel? rien n'est sûr. En 2013, Almaghreb TV (Amtv) est lancée. C'est la première chaîne de télévision en Belgique et en Europe, dédiée entièrement à la culture maghrébine qui diffuse à partir de Bruxelles, à l'initiative de son fondateur et P-DG, le belgo-marocain Mohammed Tijjini, natif de Berkane et établi en Belgique, depuis 1995. Il profite de la forte présence de la communauté marocaine en Belgique estimée à 200.000 personnes afin de lancer son projet. Le financement de la chaîne est à 100% belge, a-t-on déclaré, précisant que le capital est financé par des fonds propres des fondateurs ainsi que par un partenariat public-privé en cours de finalisation.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha