Prévisions pour le 23 Juillet 2018

 Adrar Min 30 °C Max 45 °C
32
 Laghouat Min 26 °C Max 40 °C
34
 Batna Min 21 °C Max 33 °C
30
 Biskra Min 30 °C Max 45 °C
30
 Tamanrasset Min 23 °C Max 36 °C
32
 Tlemcen Min 20 °C Max 31 °C
34
 Alger Min 21 °C Max 29 °C
30
 Saïda Min 20 °C Max 36 °C
34
 Annaba Min 23 °C Max 30 °C
47
 Mascara Min 20 °C Max 32 °C
34
 Ouargla Min 32 °C Max 46 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 28 °C
30
 Illizi Min 25 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 29 °C Max 44 °C
30
 Khenchela Min 21 °C Max 32 °C
30
 Mila Min 21 °C Max 32 °C
30
 Ghardaïa Min 30 °C Max 44 °C
32
Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Les cinéastes algériens absents de la pétition contre le Fipa

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le Festival international des programmes audiovisuels (Fipa) qui se tient à Biarritz en France, du 23 au 28 janvier 2018, a choisi de faire un «Focus sur Israël». Des cinéastes internationaux et des professionnel(le)s de l'audiovisuel, adressent cette lettre ouverte à la direction du festival, pour protester contre le choix du Fipa de s'associer avec le gouvernement israélien, alors qu'il intensifie l'occupation, la colonisation et le nettoyage ethnique du peuple palestinien, tandis que le point de vue palestinien est totalement occulté.
Parmi les 100 premiers signataires: Ken Loach, Mike Leigh, Aki Kaurismaki, Rebecca O'Brien, Maï Masri, Elia Suleiman, Najwa Najjar, Avi Mograbi, Yousri Nasrallah, Anne-Marie Jacir, Michel Khleifi, Serge Lalou, Peter Kosminsky...Curieusement les cinéastes algériens qui sont nombreux en France n'ont pas signé cette pétition. Seules trois personnalités algériennes ont signé cette pétition qui est disponible sur Internet. Il s'agit du réalisateur Kheïrdine Mabrouk, qui a notamment réalisé le documentaire Gazastrophe, mais aussi le cinéaste Cheikh Djemai ou encore le journaliste Khaled Sid Mohand. Mais aucun engagement des cinéastes algériens connus qui, pourtant sont engagés pour d'autres combats en France. Il y a quelques années, des cinéastes algériens ont refusé de se retirer du festival de Locarno, qui organisait une aide à la production financée par Israël, alors que les cinéastes tunisiens se sont retirés de la manifestation. Dans cette lettre ouverte, les cinéastes et professionnel(le)s de l'audiovisuel interpellent le Fipa (Festival international des programmes audiovisuels) à propos du «Focus sur Israël» en souhaitant exprimer leur profonde préoccupation devant le fait que le Fipa, par son initiative «Focus sur Israël», choisisse de s'associer avec le gouvernement israélien et l'ambassade d'Israël, alors que ce pays, non seulement poursuit, mais intensifie l'occupation, la colonisation et le nettoyage ethnique du peuple palestinien. Ceci depuis maintenant de trop nombreuses années, alors que le point de vue palestinien est totalement occulté. Ils s'interrogent sur cette décision du Fipa de promouvoir l'Etat d'Israël, alors que l'on s'apprête à commémorer cette année les 70 ans de l'expulsion du peuple palestinien de ses terres. Le «Focus sur Israël» au Fipa, qui choisit d'ignorer cette histoire, se déroule au moment même où Israël promulgue des lois racistes, accélère l'expulsion et la confiscation des terres des Palestiniens sous occupation et entrave la liberté de parole des citoyens arabes d'Israël. Ce message, précise la lettre, signifie aussi un partenariat officiel avec un pays où des dizaines d'enfants comme la jeune Ahed Al Tamimi sont incarcéré(e)s dans les prisons militaires et quand des centaines de Palestinien(ne)s sont emprisonnés sans jugements, depuis des années pour certains. Les signataires de cette lettre demandent aux organisateurs du Fipa, de reconsidérer leurs relations avec le gouvernement d'Israël, et de retirer le partenariat avec le ministère israélien des Affaires étrangères et l'ambassade d'Israël en France.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha