Prévisions pour le 13 Novembre 2018

 Adrar Min 13 °C Max 25 °C
34
 Laghouat Min 11 °C Max 17 °C
26
 Batna Min 6 °C Max 18 °C
26
 Biskra Min 14 °C Max 23 °C
28
 Tamanrasset Min 13 °C Max 23 °C
28
 Tlemcen Min 10 °C Max 17 °C
26
 Alger Min 13 °C Max 21 °C
28
 Saïda Min 10 °C Max 18 °C
28
 Annaba Min 13 °C Max 21 °C
28
 Mascara Min 11 °C Max 21 °C
26
 Ouargla Min 13 °C Max 22 °C
30
 Oran Min 13 °C Max 23 °C
26
 Illizi Min 11 °C Max 25 °C
23
 Tindouf Min 11 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 8 °C Max 17 °C
26
 Mila Min 8 °C Max 22 °C
26
 Ghardaïa Min 12 °C Max 18 °C
30
Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Le Maroc veut imposer sa présence dans l'Union africaine de radiodiffusion

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Du 12 au 16 mars derniers, le Rwanda avait accueilli la 11ème Assemblée générale de l'Union africaine de radiodiffusion. L'assemblée, composée des représentants des radios et télévisions nationales d'Afrique, avait débattu de nombreux sujets, mais les discussions se sont naturellement appesanties sur le passage des nations du continent à la télévision numérique. Cette année, un changement dangereux est apparu au sein de l'UAR avec l'intégration d'acteurs du secteur privé. Ainsi, Africable, Ouest TV et Label TV étaient représentés à l'assemblée générale. Des groupes privés qui sont soutenus par des groupes étrangers, ce qui pourrait renforcer la dépendance à l'argent et l'influence étrangère sur les télévisions africaines. A la fin des discussions, les membres de l'UAR se sont entendus pour lancer le processus de création d'une chaîne panafricaine. Si aucun détail supplémentaire n'est encore donné concernant cette chaîne, elle devrait être mise en service avant la prochaine Assemblée générale de l'UAR qui se tiendra au Maroc, en 2019. Une aubaine pour le Maroc qui a toujours été dépassé par l'Algérie dans la gestion et l'orientation de l'UAR et qui veut retrouver sa place de puissance audiovisuelle dans la région. Le Maroc, qui a retrouvé sa place dans l'Union africaine veut utiliser l'Union audiovisuelle africaine pour imposer son influence dans la région. Cette année de nombreux officiels, dont Paul Kagame, président rwandais et président de l'Union africaine, ainsi que le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, ont participé aux discussions. Lors des débats, il est apparu que de nombreux politiques avaient assimilé le passage à la télévision numérique à un simple processus d'achat et de mise en service d'infrastructures. Ce qui a été défendu par Grégoire Ndjaka, directeur général de l'UAR, avec notamment la création de contenus, a été laissé de côté par beaucoup dans le processus de migration. Dans certains pays, l'une des raisons pour lesquelles ils n'atteignent pas la migration est la corruption. Le passage à la télévision numérique va bénéficier à tous, a précisé le directeur général de l'UAR, concernant les défis de la migration vers la télévision numérique. Paul Kagame, dont le pays a achevé sa transition vers la télévision numérique, a prodigué des conseils aux différents participants concernant les processus de migration en cours, dans leurs différents pays. Les pays du Maghreb, dont l'Algérie et le Maroc, sont les plus avancés dans ce domaine. Mais la question qui est souvent défendue par les Algériens, c'est la question des droits images du football pour les pays africains.
La question des droits sportifs en Afrique a été ainsi évoquée, en présence de Ahmad Ahmad, président de la CAF, qui n'a pas encore donné des garanties pour cette protection. Deux grands groupes français ont le monopole sur les droits télévisions, Orange et Total pour la coupe d'Afrique et un groupe américain, Coca Cola, pour la Coupe du monde.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha