Netflix veut séduire le "vidéo-spectateur" arabe

Le service de streaming américain Netflix a commencé à s'intéresser aux séries arabes qui attirent plus de 200 millions, à travers le monde. La plate-forme de vidéo à la demande américaine, avait annoncé qu'elle allait produire sa première série originale arabe Jinn. Jinn est rapidement décrit comme un «drame surnaturel contemporain». Bien qu'aucune bande-annonce ne soit disponible pour l'instant, le résumé de la série est déjà accessible sur Netflix. Ce dernier précise que plusieurs adolescents verront leur quotidien bouleversé par l'apparition d'un jinn. Dans la mythologie islamique, un jinn (ou djinn) est une créature populaire qui peut se manifester sous différentes formes et qui possède des pouvoirs surnaturels. Dans la série, l'apparition de cette créature mythologique sera le point de départ de la libération «des forces obscures qui vont lourdement peser sur le monde», selon le résumé de la série. Actuellement, aucun autre détail portant sur l'intrigue n'a été révélé.
Concernant la production de Jinn, elle sera menée par le réalisateur libanais Mir-Jean Bou Chaaya et le scénariste jordanien Bassel Ghandour, qui avait été nominé aux Oscars pour Theeb, la naissance d'un chef. Si Netflix a dit que la série présenterait des jeunes talents du Moyen-Orient, le réalisateur a confirmé dans un communiqué, en précisant: «C'est une excellente occasion de présenter la jeunesse arabe d'une manière unique. Le niveau d'authenticité que Netflix essaie d'atteindre avec ce spectacle est certainement ce qui m'a le plus attiré dans ce projet.» La série -ou du moins une partie- sera tournée à la fin de l'année en Jordanie, à Pétra, l'une des Sept nouvelles merveilles du monde. Jinn comptera six épisodes et sera disponible sur Netflix en 2019. Entre-temps, Netflix a décidé, il y a quelques jours, d'inclure la série égyptienne Grand Hôtel, à son catalogue de contenus accessibles via son service de vidéo à la demande. La production est donc devenue la toute première série égyptienne présente sur Netflix. «Je suis si heureux et fier d'apprendre cette nouvelle. Je tiens à remercier toute l'équipe de la série, car sans leurs grands efforts, elle n'aurait pas été aussi professionnelle et plébiscitée.», a déclaré sur sa page Facebook, Amr Youssef, l'acteur principal de Grand Hôtel. Netflix a changé le nom de la série qui s'intitule sur sa plate-forme The Secret of the Nile. L'ajout de la production égyptienne à son catalogue fait partie des plans de Netflix pour augmenter son contenu, destiné au public arabe. Très regardé dans le Maghreb et dans le monde, Netflix avait dévoilé Jinn, sa première série originale en arabe. Par ailleurs, le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) a appelé le géant américain du streaming, Netflix, à retirer la première saison de la série israélienne à succès Fauda, indiquant qu'il s'agit d'une propagande raciste qui sert l'armée d'occupation israélienne et montre l'agression contre le peuple palestinien ainsi que le processus qu'il mène pour la libération et l'indépendance. La lettre mentionne également que les créateurs de la série, Lior Raz et Avi Issacharoff, sont eux-mêmes issus d'unités d'infiltration de l'armée israélienne.