Prévisions pour le 16 Novembre 2018

 Adrar Min 11 °C Max 26 °C
30
 Laghouat Min 6 °C Max 18 °C
30
 Batna Min 5 °C Max 15 °C
30
 Biskra Min 11 °C Max 23 °C
34
 Tamanrasset Min 11 °C Max 25 °C
30
 Tlemcen Min 7 °C Max 17 °C
28
 Alger Min 11 °C Max 20 °C
30
 Saïda Min 5 °C Max 17 °C
30
 Annaba Min 12 °C Max 18 °C
30
 Mascara Min 10 °C Max 19 °C
28
 Ouargla Min 11 °C Max 20 °C
32
 Oran Min 10 °C Max 21 °C
30
 Illizi Min 18 °C Max 29 °C
30
 Tindouf Min 12 °C Max 21 °C
34
 Khenchela Min 3 °C Max 14 °C
30
 Mila Min 9 °C Max 18 °C
28
 Ghardaïa Min 9 °C Max 20 °C
34
Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Les télés publiques européennes s'allient contre Netflix

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Pour contrer le montée en puissance de l'opérateur américain de la vidéo à la demande Netlix, France télévision annonce une association avec les télévisions publiques européennes, la télévision italienne, la RAI, et la télévision allemande ZDF pour fonder l'Alliance, un regroupement audiovisuel européen ayant pour objectif de pouvoir financer et proposer aux téléspectateurs des projets de fictions de plus grande envergure.
L'Alliance a également des partenaires privilégiés que sont la Rtve (Espagne) - Rtbf (Belgique) - VRT (Belgique) - RTS (Suisse). Tous les autres diffuseurs publics européens peuvent devenir partenaires de l'Alliance, en outre, celle-ci se pense comme une organisation souple, c'est-à-dire que ses membres peuvent en parallèle mener d'autres initiatives de coproduction avec d'autres acteurs.
À ses membres, l'Alliance va offrir un espace de coopération prioritaire et privilégiée en matière de fiction internationale, compte tenu de la proximité de leurs valeurs culturelles et de la similitude de leurs enjeux industriels. Elle devra également leur permettre de maintenir les droits de ces fictions à l'intérieur des services publics européens. C'est une organisation autour de projets qui sont à géométrie variable (coproduction bilatérale ou à plusieurs).
Aux producteurs, l'Alliance permettra d'identifier très tôt les projets de série de création européenne, susceptibles de rivaliser dans chaque pays avec le meilleur de la production internationale, et susceptibles de rayonner hors d'Europe. L'Alliance sera pour les producteurs nationaux un facilitateur, une clé d'entrée pour d'autres territoires en Europe. À l'occasion du festival Séries Mania de Lille, Takis Candilis la numéro 2 de France, télévision a confirmé l'accord trouvé entre les chaînes européennes (la RAI en Italie, la ZDF en Allemagne) pour coproduire ensemble des programmes. Ces trois groupes publics se sont en effet rassemblés au sein d'une structure de production commune qui devrait permettre de mutualiser les coûts de création de séries de grande envergure. Pour Takis Candilis, directeur des programmes de France TV, cette manoeuvre doit permettre aux groupes télévisuels européens de rester compétitifs face à l'émergence de colosses américains tels que Netflix, tout en s'assurant que «les droits des séries créées restent contrôlés par les services publics européens». Pour y parvenir, l'Alliance aura fort à faire, sur un marché où Netflix est capable d'investir 8 milliards de dollars annuels dans la création de contenus, et ce alors que d'autres géants américains ont de fortes ambitions sur la vidéo à la demande en ligne, que ce soit Amazon, Apple ou Google. Il lui faudra donc réussir à mettre sur pied des séries ambitieuses et populaires. Dans cette optique, trois projets ont déjà été retenus et en appellent d'autres. Deux de ces séries seront coproduites par France TV et la RAI, avec des budgets d'environ 2 millions d'euros par épisode: Mirage, dont le tournage aura lieu à Dubai l'année prochaine et Eternal City, une série dont le scénario se déroulera dans la Rome des années 1960. Mais la série la plus en vue sera celle consacrée à Leonard De Vinci, produite en huit épisodes de 52 minutes sur la base d'un budget de 2,5 à 3,5 millions l'heure.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha