BeIN Sports fait plier l'Egypte

A quelques jours de la Coupe du monde, les Égyptiens sont obligés de regarder les matchs de leur équipe les Pharaons sur le bouquet qatari beIN. L'Egypte, qui compte plus de 100 millions d'habitants, est en lice en Coupe du monde, pour la première fois depuis 28 ans.
Malgré la grogne contre des abonnements jugés prohibitifs et avec l'inflation galopante, et où le salaire moyen ne dépasse pas les 250 dollars, l'abonnement à beIN concerne plus les familles aisées, et certains «nadi» et cafetiers désireux d'attirer la clientèle qui constitue la majorité de la masse populaire estimée à 70 millions de personnes qui vivent modestement.
Pour avoir accès aux compétitions internationales sportives les plus prestigieuses dont beIN détient l'exclusivité, un Égyptien doit débourser 1 630 livres (82 dollars) pour un décodeur et au moins 2 280 livres (120 dollars) pour un abonnement annuel. Cette offre est l'équivalent d'un salaire de beaucoup de gens en Egypte. Alors on opte pour la diffusion collective.
Dans les cafés, on installe des terrasses avec des chichas pour attirer des centaines de jeunes supporters les soirs de matchs, face à un écran branché sur beIN, avec des commentateurs égyptiens et surtout des analystes très populaires comme Abou Trika et Midou, qui font partie d'une génération de joueurs qui n'ont pas goûté au Mondial.
Malgré le conflit politique et diplomatique entre l'Egypte et le Qatar, sur injonction des Saoudiens, l'Egypte ne veut pas jouer avec les nerfs de son peuple qui espère beaucoup de cette Coupe du monde et de sa vedette mondiale, Mohamed Salah.
Pour rappel, la justice égyptienne avait condamné cette année beIN à deux amendes de 18 millions d'euros pour «violation de la loi» sur la concurrence. Cette décision judiciaire intervient après que l'Egypte, a rompu avec l'Arabie saoudite, Bahreïn et les Emirats, ses relations diplomatiques avec Doha l'année dernière, l'accusant de soutenir le terrorisme. Pour ce faire beIN Sports annonce une couverture spéciale consacrée aux équipes arabes, dont l'Egypte sur beIN pour le Mondial 2018, avait indiqué beIN dans un communiqué, sans préciser les prix et le nombre d'abonnés du groupe en Egypte. Dans une boutique du Caire, les clients les plus aisés se succèdent pour acheter le bouquet spécial.
Plongée dans une crise économique inédite, l'Egypte a dévalué sa monnaie en novembre 2016, entre autres réformes, pour bénéficier du soutien du FMI. La raison: la livre a perdu la moitié de sa valeur par rapport au dollar. Cette situation intervient aussi au moment où les hauts responsables égyptiens ont échoué à obtenir des droits de diffusion des matchs des Pharaons au bénéfice de la télévision d'Etat, pour contrecarrer le monopole de la chaîne qatarie.