Prévisions pour le 20 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 42 °C
34
 Laghouat Min 19 °C Max 28 °C
47
 Batna Min 12 °C Max 26 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 37 °C
32
 Tamanrasset Min 25 °C Max 35 °C
30
 Tlemcen Min 20 °C Max 31 °C
32
 Alger Min 19 °C Max 28 °C
34
 Saïda Min 20 °C Max 31 °C
34
 Annaba Min 20 °C Max 27 °C
4
 Mascara Min 19 °C Max 32 °C
32
 Ouargla Min 27 °C Max 37 °C
30
 Oran Min 24 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 28 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 27 °C Max 41 °C
32
 Khenchela Min 14 °C Max 25 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 30 °C
39
 Ghardaïa Min 24 °C Max 32 °C
30
Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Benguigui veut relancer la carrière de Adjani en Algérie

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les médias français ont parlé récemment d'un tournage d'un film de Isabelle Adjani en Algérie. Yamina Benguigui a sans doute évité de préciser que la comédienne franco-algérienne a déjà entamé un tournage en Algérie il y a plus de 8 ans.
En effet, l'actrice franco-algérienne Isabelle Adjani va revenir tourner un film pour la deuxième fois en Algérie, le pays d'origine de son père, sous la direction d'une autre réalisatrice franco-algérienne Yamina Benguigui, après avoir créé un précédent en quittant le tournage d'un important film algérien en 2010. «Ce sera un film de femmes, uniquement avec des femmes. Il questionnera le rapport au pays d'origine et au pays d'accueil, l'enracinement, l'intégration», a indiqué la réalisatrice, ex-ministre française de la Francophonie sous la présidence du président Hollande.
Le tournage de «Soeurs», qui doit débuter fin octobre pour 11 semaines, aura lieu entre Alger, Oran et Constantine, puis à Paris et dans le nord de la France, indique la presse française, qui précise que le long-métrage racontera comment trois soeurs - interprétées par Isabelle Adjani, Rachida Brakni et Maïwenn - «se déchirent lorsque l'une d'elles (jouée par la star) décide de raconter au théâtre la vie de leur père mourant». Mais cette dernière avait réussi à convaincre Isabelle Adjani d'accepter un rôle dans un film algérien en 2010 et dans la production du film «Parfums d'Alger». La ministre a imposé Isabelle Adjani au réalisateur Rachid Benhadj, avec qui il ne s'entendait pas. A l'époque, deux personnes avaient réussi à ramener l'actrice en Algérie: le producteur franco-tunisien Tarek Ben Ammar qui était producteur délégué du film et la productrice Yamina Benguigui, avec qui elle était en projet dans le téléfilm «Aîcha». Isabelle Adjani qui passait par une période financière difficile, avait accepté de revenir au cinéma avec ce rôle qui lui donnait la part belle dans son combat pour la victoire de la démocratie contre l'islamisme politique. Mais ses relations avec le réalisateur n'étaient pas bonnes. D'ailleurs, ce n'est qu'après avoir reçu la première tranche de son cachet en euros que la comédienne s'est déplacée à Alger. Elle a exigé une loge individuelle, une chambre à l'hôtel El Djazaïr et surtout d'être tenue à l'écart de la presse et des projecteurs. Mais ses rapports avec le réalisateur se sont détériorés et c'est le directeur photo italien qui lui servait d'interlocuteur. La comédienne avait demandé un autre réalisateur étranger, mais elle ne l'a pas obtenu. La comédienne avait profité d'un off pour se rendre à Paris et ne plus revenir. Le nouveau film de Yamina Benguigui sera une occasion pour la comédienne de se refaire en Algérie. Ce qui est sûr est que la star ne risque pas de quitter le tournage car c'est une production française.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha