BeIN Sports et les ligues européennes dénoncent le piratage saoudien et Arabsat

Alors que les meilleures ligues européennes de football entament une nouvelle saison, le plus grand réseau de télévision pirate au monde est de retour sur les chaînes.
Les 10 matchs disputés le week-end d'ouverture de la Premier League, le week-end dernier, ont été diffusés sur beoutQ, une chaîne arabe spécialisée, dont le piratage des programmes sportifs est devenu un champ de bataille important entre le Qatar et un groupe de ses pays voisins emmenés par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.
Les droits de diffusion des matchs de Premier League, ainsi que ceux de l'Uefa Champions League et de la Ligue 1 française, entre autres, au Moyen-Orient appartiennent à beIN Media Group, basé au Qatar, qui a engagé des milliards de dollars pour son réseau beIN Sports. Les droits de la Premier League sont le joyau du portefeuille de beIN Sports; Le paquet figure parmi les propriétés sportives les plus chères, d'une valeur de plus de 10 milliards de dollars pour la Premier League via des paiements des diffuseurs dans des dizaines de pays.
Pendant presque un an, ces matchs et d'autres, y compris les matchs de la Ligue des champions et les 64 matchs de la Coupe du monde de cet été en Russie, ont été piratés et retransmis par le réseau de beoutQ. BeIN Media Group a déclaré cette semaine que des tests effectués par trois sociétés technologiques avaient révélé ce qu'elle appelait des «preuves irréfutables» de sa position de longue date liant le signal beoutQ au fournisseur de satellite Arabsat, une société basée à Riyadh, en Arabie saoudite. Il a fallu des mois pour que beIN persuade de nombreuses organisations sportives qui reçoivent ses programmes de se prononcer publiquement sur le beoutQ. Alors que la crise entre dans sa deuxième année, beaucoup - y compris la FIFA, l'UEFA et la Liga d'Espagne - ont commencé à parler, pointant parfois du doigt Arabsat et l'Arabie saoudite. La ligue française de football professionnel, qui a bénéficié d'investissements énormes au Qatar au cours des dernières années, a exhorté le principal organisme commercial européen à faire pression sur l'Arabie saoudite pour qu'elle ferme le canal des pirates.
Didier Quillot, le directeur général de la ligue française a demandé à Arabsat et à l'Arabie saoudite d'intervenir pour mettre un terme au piratage de ses contenus.
L'Arabie saoudite et Arabsat ont nié toute implication avec la beoutQ, qui affirme sur son site Internet être une entreprise colombienne et cubaine. Il existe toutefois de plus en plus de preuves suggérant qu'il s'agit d'une opération basée en Arabie saoudite: son site Web est géolocalisé ou limité à l'Arabie saoudite, le pays le plus peuplé du Golfe; les décodeurs gravés du logo de la chaîne peuvent être achetés dans les villes saoudiennes; et les paiements en ligne sont acceptés uniquement dans les riyals saoudiens. Peut-être le plus accablant, les messages sur les médias sociaux faisant la promotion de la chaîne fournissent des détails sur les fréquences Arabsat disponibles sur la chaîne.