Prévisions pour le 17 Novembre 2018

 Adrar Min 14 °C Max 24 °C
30
 Laghouat Min 9 °C Max 16 °C
30
 Batna Min 4 °C Max 13 °C
11
 Biskra Min 11 °C Max 17 °C
12
 Tamanrasset Min 14 °C Max 25 °C
30
 Tlemcen Min 10 °C Max 16 °C
30
 Alger Min 12 °C Max 18 °C
47
 Saïda Min 7 °C Max 16 °C
30
 Annaba Min 13 °C Max 18 °C
12
 Mascara Min 8 °C Max 17 °C
30
 Ouargla Min 11 °C Max 16 °C
12
 Oran Min 13 °C Max 20 °C
30
 Illizi Min 18 °C Max 23 °C
30
 Tindouf Min 10 °C Max 21 °C
30
 Khenchela Min 5 °C Max 14 °C
28
 Mila Min 10 °C Max 17 °C
12
 Ghardaïa Min 11 °C Max 16 °C
39
Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Quand les feuilletons font la promotion de l'histoire ottomane

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le président-adjoint de l'Union des diffuseurs des Etats arabes, Mohammed Es-Sibai, a affirmé que les séries télévisées turques basées sur des événements historiques, ont poussé le peuple arabe à vouloir étudier la période ottomane.
Lors d'un entretien accordé à l'agence Anadolu (AA), Sibai a expliqué que les séries turques sont suivies de très près dans les pays arabes.
«Les peuples arabes ressentent une réelle envie de connaître l'histoire de l'Empire ottoman. Ils veulent en savoir davantage que ce qui est enseigné à l'école. Ils veulent apprendre ce qu'il s'est passé de manière objective, car dans certains livres arabes il y a des informations erronées», a-t-il dit.
Il a ensuite mentionné les séries Diriliþ Ertuðrul (Ertugrul: Résurrection) et Payitaht Abdülhamid, affirmant que ces dernières sont très à la mode dans les pays arabes.
«Les séries télévisées historiques diffusées en Turquie ont éveillé l'envie de lire et d'étudier l'histoire ottomane de manière objective», a-t-il poursuivi.
Sibai a ajouté que les bibliothèques turques sont des trésors pour les chercheurs arabes, notant que 80% des ressources littéraires manuscrites jugées comme confiantes par les Arabes, sont en Turquie.
Pour conclure, Mohammed Es-Sibai a donné quelques informations concernant l'Union des diffuseurs des Etats arabes.
Seuls les pays comme l'Egypte et l'Algérie n'ont pas diffusé les feuilletons historiques turcs comme Harim Sultan ou encore Ertugul. L'objectif, c'est justement d'empêcher les Turcs de faire la promotion de leur histoire ottomane expansionniste de l'époque.
Ceci n'a pas empêché certains pays, comme la Syrie et le Liban, qui ont vécu la présence turque de diffuser les programmes historiques de cette époque.
L'Union des diffuseurs des Etats arabes avait fait pression pour imposer certains programmes turcs. Si certains pays arabes ont accepté certains dramas turcs en raison de leur succès sur les chaînes arabes comme MBC, il n'est pas de mise pour les séries des grosses productions arabes de l'époque ottomane.
Il faut dire que l'Union des diffuseurs des Etats arabes a été fondée par la Ligue arabe en 1962. Elle a ensuite été relancée en 1995 à Beyrouth où elle est devenue active. L'union dispose aujourd'hui de 800 membres provenant des pays arabes, 15 membres représentent officiellement leur propre pays dans les fédérations locales. La production turque est surtout venue combler le vide de production de certains pays arabes, comme le Liban ou encore la Jordanie, et le recul de la production syrienne dû à la guerre et l'absence des productions égyptiennes jugées trop chères.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha