Prévisions pour le 17 Novembre 2018

 Adrar Min 14 °C Max 24 °C
30
 Laghouat Min 9 °C Max 16 °C
30
 Batna Min 4 °C Max 13 °C
11
 Biskra Min 11 °C Max 17 °C
12
 Tamanrasset Min 14 °C Max 25 °C
30
 Tlemcen Min 10 °C Max 16 °C
30
 Alger Min 12 °C Max 18 °C
47
 Saïda Min 7 °C Max 16 °C
30
 Annaba Min 13 °C Max 18 °C
12
 Mascara Min 8 °C Max 17 °C
30
 Ouargla Min 11 °C Max 16 °C
12
 Oran Min 13 °C Max 20 °C
30
 Illizi Min 18 °C Max 23 °C
30
 Tindouf Min 10 °C Max 21 °C
30
 Khenchela Min 5 °C Max 14 °C
28
 Mila Min 10 °C Max 17 °C
12
 Ghardaïa Min 11 °C Max 16 °C
39
Accueil |Culture | L'Ecran libre |

En faillite, la chaîne Hannibal TV menacée de fermeture

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Au moment où des dizaines de journalistes algériens sont virés des chaînes privées sans ménagement, en Tunisie, l'autorité de régulation envisage de sanctionner une chaîne privée, Hannibal TV, pour avoir licencié quelques agents et refusé de payer les employés. En effet, la Haute autorité indépendante tunisienne de la communication audiovisuelle (Haica) menace de retirer la licence à la chaîne tunisienne si elle ne rétablit pas les travailleurs dans leurs droits. Dans une déclaration à Express FM, le président de l'Autorité de régulation audiovisuelle, Nouri Lajmi, a indiqué que les dettes de cette chaîne privée sont estimées à plus de 30 millions de dinars tunisiens (DT) et que la Haica sera dans l'obligation de retirer la licence de Hannibal TV, si celle-ci ne règle pas les problèmes organisationnels et financiers auxquels elle fait face depuis un certain temps. Le président de la Haica a indiqué que la loi n'interdit pas qu'un investisseur étranger puisse avoir 49% des parts dans le capital d'une chaîne privée tunisienne. Et pourtant la Haica avait refusé d'intervenir pour régler la situation des 30 journalistes ayant été récemment licenciés de cette chaîne qui, par ailleurs, ne répond pas aux exigences légales contenues dans le cahier des charges relatif aux médias audiovisuels. Trente-quatre journalistes, techniciens et agents de la chaîne de télévision privée Hannibal, ont été informés de leur licenciement sur fond de leur refus de négocier leurs émoluments en dehors d'un cadre légal. Selon le secrétaire général du Syndicat de base de la chaîne de télévision Hannibal TV, Ali Achour, l'administration de la télévision veut licencier ces 34 employés en leur versant une partie de leurs émoluments, mais ils ont refusé une offre en dehors d'un cadre légal ou de négocier en l'absence de représentants de l'inspection du travail et de l'Union générale tunisienne du travail. Lors d'un rassemblement organisé devant les locaux de la chaîne de télévision privée Hannibal TV, les journalistes et agents de la chaîne avaient appelé la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (Haica), à intervenir d'urgence et à leur fournir le nom du propriétaire de la chaîne, afin de négocier avec lui leurs droits matériels.
La direction de la chaîne avait également fait état d'un climat de tension au sein de l'établissement, particulièrement après avoir notifié à une trentaine d'agents qu'ils seront licenciés après l'obtention d'une partie de leurs émoluments. Pour le secrétaire général du syndicat, Hannibal TV use de tous les moyens pour dissuader journalistes et agents, de poursuivre leur mouvement et de réclamer leurs droits, notamment auprès de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss). Plus de 152 employés (journalistes, techniciens et agents) n'ont pas reçu leurs salaires depuis juin dernier. Pour le moment, aucune solution n'est trouvée pour le règlement de la crise dans Hannibal TV. Fondée en 2005 par l'homme d'affaires Larbi Nasra, elle fut la première chaîne de télévision privée du temps de Ben Ali, avant d'être rejointe par Nessma TV. Mais depuis quelques années, faute de publicité et suite à la crise économique en Tunisie, le paysage audiovisuel tunisien est en crise.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha