Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
47
 Biskra Min 20 °C Max 32 °C
30
 Tamanrasset Min 22 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
30
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
4
 Saïda Min 16 °C Max 24 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 26 °C Max 35 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 23 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 21 °C
11
 Mila Min 18 °C Max 23 °C
4
 Ghardaïa Min 21 °C Max 31 °C
30
Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Le paysage audiovisuel mauritanien en détresse

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le paysage audiovisuel mauritanien, qui était donné comme exemple de développement, est devenu une source de problèmes dans ce petit pays de pêcheurs.
En effet, les autorités mauritaniennes menacent de fermer les chaînes de télévision et de radio privées qui n'auront pas renouvelé leur licence de diffusion, au plus tard, ce mois. La mise en demeure leur a été notifiée lundi 30 juillet. La licence est renouvelée tous les cinq ans, contre la somme de 30.000.000 d'ouguiyas, l'équivalent de 71.400 euros. Pour éviter la fermeture, les responsables des chaînes ont entamé des négociations avec la Haute autorité de la presse et de l'audiovisuel, en vue de trouver un compromis.
Les responsables des chaînes ont été invités à payer immédiatement chacun 15.000.000 d'ouguiya, soit 35.400 euros. Cela représente 50% du montant global.
C'est prévu par la loi, précise Cheikh el Weli, le chef de la délégation de Sahel TV à la réunion avec la Hapa, la Haute autorité mauritanienne de la presse et de l'audiovisuel, organe de régulation. «Mais en compensation, ils nous ont dit qu'on ne paie que 50% maintenant. Pour les autres 50%, on établit un programme avec la Hapa pour un échelonnement du paiement.»
Autre chaîne de télévision visée par le renouvellement de licence, El Mourabitoune. Le rédacteur de son journal télévisé en français, Mohamed Yahya Abdel Wedoud appelle au respect du cahier des charges et à la fin de l'amateurisme qui paralyse les médias privés. La Mauritanie a libéralisé son paysage audiovisuel en 2011, avec des autorisations accordées à cinq radios et cinq chaînes de télévision. Mais seules trois télévisions et deux radios continuent, laborieusement, d'émettre. Ces médias audiovisuels évoluent dans un environnement marqué par la faiblesse du marché publicitaire et la quasi-inexistence de niches, de nature à offrir des revenus conséquents à des organes de presse. En octobre 2017, la société de télévision de Mauritanie (TDM) avait ordonné la fermeture des chaînes de télévision privées pour «défaut de paiement de la redevance annuelle». Le problème a été réglé au cas par cas, après quelques mois d'interruption du signal.
Les chaînes de télévision privées de Mauritanie, créées en vertu de la loi 045 de 2010 relative à la libéralisation de l'audiovisuel sont Sahel TV, Mourabitoune TV, Chinguetti TV, Dava TV et El Watanya TV. Les chaînes de radio sont Radio Nouakchott Libre, Kobenny, Tenwir, FM Mauritanie et Sahara Médias. L'absence d'une véritable politique audiovisuelle dans la région a plongé la Mauritanie dans le flou total. A cela s'ajoute une grande perte de terrain, par rapport aux autres pays, comme l'Algérie et la Tunisie.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha