Prévisions pour le 14 Decembre 2018

 Adrar Min 7 °C Max 20 °C
32
 Laghouat Min 5 °C Max 11 °C
23
 Batna Min 1 °C Max 8 °C
11
 Biskra Min 7 °C Max 13 °C
39
 Tamanrasset Min 6 °C Max 18 °C
26
 Tlemcen Min 4 °C Max 9 °C
30
 Alger Min 6 °C Max 15 °C
12
 Saïda Min 3 °C Max 8 °C
23
 Annaba Min 11 °C Max 13 °C
12
 Mascara Min 6 °C Max 11 °C
39
 Ouargla Min 11 °C Max 17 °C
23
 Oran Min 11 °C Max 16 °C
23
 Illizi Min 10 °C Max 21 °C
34
 Tindouf Min 11 °C Max 22 °C
32
 Khenchela Min 1 °C Max 7 °C
11
 Mila Min 5 °C Max 13 °C
12
 Ghardaïa Min 7 °C Max 14 °C
23
Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Records de l'audiovisuel français dans le monde

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Selon une étude du Centre national du cinéma et de TV France international, les ventes à l'étranger de programmes audiovisuels français en 2017 ont atteint un record historique à 205,2 millions d'euros contre 189,1 en 2016. Les ventes ont plus que doublé en 10 ans. Pour Hervé Michel, le président de TV France international, cela s'explique par «la constante amélioration de la qualité de la production audiovisuelle française». L'arrivée de nouvelles plates-formes numériques permet, selon lui, aux fictions françaises d'accéder à de nouveauxdébouchésà l'international. Cependant, les coproductions ont baissé de 25% et les exportations ont légèrement diminué (-3,2%) par rapport à 2016, n'impactant pas la progression des ventes (+8,5%).Enfin, Frédérique Bredin, la présidente du CNC, prépare un plan pour faciliter l'export des séries. Selon elle, «il y a beaucoup d'accords de coproduction dans le cinéma et pas assez dans l'audiovisuel». Dans le détail, les ventes ont progressé pour atteindre 205 millions d'euros (+8,5%) quand les préventes à l'étranger se sont tassées à 63 millions d'euros (-11%), comme les coproductions qui ont chuté de 25% à 57 millions, des variations qui s'expliquent par les cycles de production des oeuvres. L'année 2017 a été marquée par une forte augmentation des exportations vers les États-Unis et le Canada (+16%) et surtout par le poids croissant des plates-formes de streaming (type Netflix, Amazon, Hulu...) qui permettent de faire circuler les programmes français dans des zones où ils n'étaient auparavant pas présents. Dans le détail, c'est l'animation qui enregistre les meilleurs résultats, représentant 37% des ventes françaises, soit près de 76 millions d'euros, avec des succès comme «Grizzly et les Lemmings» ou «Molang». Les fictions ont quant à elles progressé de 28% pour atteindre 64 millions d'euros, soutenues par des séries comme «Baron noir», «Zone Blanche», «La Mante», «Candice Renoir», «Missions» ou «Trepalium». Les documentaires ne sont pas en reste avec leur deuxième meilleur résultat en 10 ans et près de 36 millions d'euros de ventes. C'est l'Allemagne qui achète le plus de programmes français, suivie des États-Unis et de la Belgique. L'année 2017 a permis d'exporter 16% de plus vers les États-Unis et le Canada.Les «droits Monde» (des contrats de cession pour plusieurs territoires) ont explosé l'an dernier et représentent désormais 14% des ventes, illustrant la montée en puissance des plates-formes de vidéos à la demande (75% des droits monde contre 28% en 2016). Néanmoins leurs tarifs d'acquisition restent souvent orientés à la baisse, souligne l'étude, ajoutant que les questions de fenêtres d'exploitation, d'exclusivité et d'étendue des droits complexifient le marché des ventes internationales.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha