Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Le court-métrage tunisien sur Daesh s'illustre au festival de Clermont-Ferrand

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La 41ème édition du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand (France) qui s'est tenu du 1er au 9 févier 2019, a vu la participation record de la Tunisie, avec plus de 78 films sélectionnés, le court métrage tunisien Brotherhood (Fraternité) de Meryem Joobeur (Tanit d'or pour le court-métrage de fiction des JCC 2018) a remporté un prix dans la catégorie internationale. Le film évoque l'histoire d'un djihadiste tunisien. Un des frères est parti en Syrie, laissant les autres désemparés et isolés dans leur montagne, à garder leurs bêtes. Son retour, qui plus est accompagné d'une très jeune femme intégralement voilée, n'est pas vécu comme une fête, malgré le soulagement maternel de le retrouver sain et sauf. Loin des grands discours pontifiants sur la radicalisation, c'est une tranche de vie dans la campagne tunisienne, qui est avancée. En dehors de la compétition officielle internationale, deux films courts tunisiens ont été projetés dans la section Regards d'Afrique qui propose à voir et à découvrir les richesses des cinémas d'Afrique, reflets d'un continent fait de contrastes, d'une Afrique en pleine mutation. Ainsi, dans ce programme de projections-débats qui ont été présenté le 2 février, ont été projetés parmi les 12 oeuvres africaines, les courts-métrages Les pastèques du Cheikh de Kaouther Ben Hania et Blue Bird de Rafik Omrani, qui étaient présents pour une rencontre réservée à une génération de cinéastes talentueux qui donne le ton à cette Afrique nouvelle. Le festival du court-métrage de Clermont-Ferrand qui réunit chaque année les professionnels du monde entier et les passionnés, constitue une occasion pour faire l'état des lieux, découvrir le meilleur de la création courte internationale, de déceler les grands cinéastes de demain, de favoriser les rencontres professionnelles et de permettre une meilleure diffusion d'un cinéma libre et indépendant. Les 40 ans du festival international du court-métrage en 2018 ont enregistré, selon le site officiel du festival, 165 000 entrées (nouveau record de fréquentation) et plus de 3 500 professionnels accrédités venus du monde entier. Dans son palmarès de samedi 9 février 2019, le Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand a vu défiler en compétition 163 films présentés dans les trois différentes sections: la compétition internationale, la compétition nationale et la compétition «Labo», qui présente des films plus expérimentaux. Le jury de la compétition internationale a remis son Grand Prix au film roumain Cadoul de Craciun («Cadeau de Noël») réalisé par Bogdan Mureanu, un film de 23 minutes sur un homme qui découvre avec horreur que son fils a écrit une lettre au père Noël dans laquelle il dit que son père souhaitait la mort de Ceausescu, quelques jours après la répression sanglante du régime, en décembre 1989... Pour la deuxième année consécutive, c'est un film d'animation qui remporte le Grand Prix de la compétition nationale. Après Vilaine fille en 2018, c'est au tour de Ce magnifique gâteau! (44 minutes), qui raconte cinq histoires croisées au temps de l'Afrique coloniale, de briller à Clermont.
Il est réalisé par Marc James Roels et Emma De Swaef.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha