Accueil |Culture | L'Ecran libre |

Le Maroc fait marcher son cinéma avec 30 salles obscures

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

S'il y a un pays qui gère bien son cinéma, c'est bien le Maroc. En effet, dans son bilan annuel, le Centre cinématographique marocain (CCM) a dévoilé les chiffres des activités cinématographiques du Maroc en 2018, peu avant la clôture du Festival national du film de Tanger.
Le budget investi pour les productions internationales est en nette évolution. En ce qui concerne les longs-métrages, l'investissement s'est accru de 13,47%, tandis qu'il connaît une très forte croissance pour les courts-métrages, avec une augmentation de 313,24%, tous genres confondus, le budget investi a augmenté de 47,18% entre 2017 et 2018. Les plus hauts budgets sont injectés dans les séries; cumulés, ils représentent un montant de 374 878 465 MAD (34.477.572 euros), soit une évolution de 102,16% par rapport à 2017. Pour les longs-métrages, l'investissement global est de 322.098.355 MAD (29,6 millions euros). En 2018, 16 séries et 17 longs-métrages ont été tournés sur le sol marocain.
Concernant la production locale, le Maroc a accueilli 30 tournages de longs-métrages, 35 de séries télévisées, et 18 de téléfilms. Ont également profité de ses décors, 111 courts-métrages et 163 spots publicitaires. 691 autorisations de tournage ont été délivrées pour des productions marocaines, et 624 pour des productions étrangères. Par ailleurs, de nombreux longs-métrages marocains ont pu bénéficier du fonds d'aide du CCM, à l'instar de «Positive School» de Nabil Ayouch, et de «Deserts» de Faouzi Bensaïdi.
Côté box-office, les films marocains se sont hissés en tête en campant aux trois premières places. Il s'agit de «Lahnech», de Driss Mrini, de «Korsa» de Abdellah Ferkous et de «Razzia», de Nabil Ayouch. Ils sont suivis par deux productions américaines: «Mission Impossible Fallout», de Christophe McQuarrie et «Deadpool 2», de David Leitch. 1 562 350 spectateurs se sont déplacés pour visionner des films tout au long de l'année. Parmi eux, 1 477 891 se sont rendus dans les salles obscures, tandis que 84.459 ont découvert les oeuvres, lors de séances de cinéma en plein air. Cette fréquentation représente 73.124.217 MDH de recettes (6.721.578 euros) soit une légère baisse de 6,7% par rapport à 2017. Le Maroc compte sur son territoire 30 cinémas, avec 65 écrans seulement, mais les chiffres suivent. La production marocaine a été saluée lors de festivals dédiés au 7ème art à l'étranger. En effet, 30 films marocains ont été primés dans divers festivals. On peut mentionner le long-métrage de Meryem Ben M'Barek, «Sofia», qui a reçu le prix du scénario de la sélection Un certain regard au festival de Cannes, ainsi que le prix de la première oeuvre aux Journées Cinématographiques de Carthage, en Tunisie. Un bilan positif qui contraste avec les quelques productions réalisées par l'Algérie et la Tunisie et qui n'ont jamais offert un bilan.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha