{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Évaluation du potentiel en hydrocarbures de l’Algérie

ExxonMobil entre en piste

L’intérêt que porte la compagnie pétrolière américaine atteste de la richesse du sous-sol.

L’Algérie met les bouchées doubles. Le moment est opportun pour faire taire certaines voix trop pressées, sans doute, d’acter le déclin de son économie, celui tellement sensible du secteur des hydrocarbures qui lui assure l’essentiel de ses revenus en devises. Nul n’ignore que les exportations d’hydrocarbures ont reculé ces derniers mois. Des statistiques officielles ont en fait état. C’est donc en toute transparence que le pays affiche son bilan, tout comme il n’a pas caché ses ambitions de conclure des partenariats d’envergure qui renforceraient la position de la compagnie nationale des hydrocarbures pour lui permettre de se déployer, de diversifier ses potentialités, attestées à l’international. Le dernier exemple en date réside dans le contrat de réalisation d’un complexe pétrochimique entre Sonatrach et l’entreprise turque Ronesans, pour la transformation du propane en polypropylène, signé le 26 septembre, à Istanbul. Ce projet, d’une capacité de production de 450 000 tonnes/an de polypropylène, vient renforcer la position de Sonatrach au plan international et placera la compagnie nationale parmi les acteurs de l’industrie de production du polypropylène. Son tableau de chasse vient d’être une nouvelle fois enrichi à travers la convention signée dimanche dernier entre l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft) et ExxonMobil. Elle porte sur la participation de cette compagnie américaine à l’étude d’évaluation du potentiel en hydrocarbures des bassins du domaine minier du Sahara algérien, a annoncé, hier, l’agence dans un communiqué. La signature de la convention, qui s’inscrit dans le cadre de la mission d’Alnaft visant la promotion et la valorisation du domaine minier des hydrocarbures, fait d’ExxonMobil la quatrième compagnie multinationale à rejoindre l’agence dans cette étude, a précisé la même source. Elle rejoint ainsi l’italien ENI, le français Total et le norvégien Equinor, leaders mondiaux dans le domaine des hydrocarbures. Une garantie pour de nouvelles perspectives porteuses d’espoir qui amélioreront le niveau de la production nationale et, par conséquent, les ventes à l’étranger ainsi que les revenus qu’elles auront engendré. «La production d’hydrocarbures en partenariat représente le quart de la production nationale, après avoir connu une contribution d’environ 33% en 2007. Ce fléchissement de la production en partenariat intervient dans un contexte ne laissant pas entrevoir des perspectives concrètes de regain d’activités», s’était inquiété la compagnie nationale des hydrocarbures dans un communiqué publié le 23 septembre. L’entrée en scène de la compagnie pétrolière et gazière américaine, qui fait partie des cinq premières compagnies mondiales, constitue certainement un gage pour inverser cette tendance baissière. L’intérêt qu’elle porte au domaine minier national atteste de la richesse de son sous-sol, ce que confirme l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures. La compagnie américaine ExxonMobil montre ainsi son intérêt, à l’instar des autres compagnies, pour le domaine minier des hydrocarbures algérien, qui recèle encore d’importants ressources en hydrocarbures», a-t-elle souligné. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, la compagnie nationale des hydrocarbures a annoncé l’augmentation du prix du baril de brut algérien. La compagnie pétrolière nationale Sonatrach a pris la décision d’augmenter le prix de vente de son baril de pétrole Sahara Blend pour le mois d’octobre, a rapporté l’agence Reuters. Une hausse de 75 cents qui doit rapporter à l’Algérie 850 000 dollars supplémentaires par jour. Les experts, qui ont prévu que la situation politique actuelle que traverse le pays était un obstacle, particulièrement pour Sonatrach à renouveler ses contrats, conclure des partenariats et éventuellement améliorer ses finances se sont vraisemblablement fourvoyés.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours