{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le pétrole enregistre sa quatrième hausse consécutive hebdomadaire

Le baril fait le plein

Les cours du Brent, ont franchi la barre des 64 dollars, hier en cours d’échanges, enregistrant une nette hausse par rapport à vendredi dernier.

Le baril maintient le cap. Il a opposé une résistance à toute épreuve à la hausse des stocks américains qui s’est finalement avérée moins importante que prévu. Les réserves commerciales de brut ont progressé de 1,4 million de barils pour s’établir à 450,4 millions lors de la semaine achevée le 15 novembre indiquent les statistiques de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) rendues publiques mercredi. La fédération professionnelle du secteur API avait tablé sur une augmentation de 6 millions de barils. Les prix du pétrole ont connu pourtant un début de semaine difficile où ils ont accusé deux séances successives de baisse sous la pression de l’incertitude qui a entouré la conclusion d’un accord commercial entre Pékin et Washington. Un constat confirmé par l’ancien conseiller économique principal de la Maison-Blanche. Le président Donald Trump adoptera les tarifs du 15 décembre si les États-Unis et la Chine ne sont pas parvenus à un accord commercial a déclaré lundi Gary Cohn. Washington devrait lever les droits de douane additionnels à cette date des taxes américaines supplémentaires de 15% sur 300 milliards d’importations chinoises. Les négociations n’ont visiblement pas avancé d’un pouce. . Le locataire de la Maison-Blanche est toujours sur le pied de guerre. Cela n’est guère rassurant pour l’économie mondiale et le marché pétrolier par ricochet. Une situation qui a déprimé les cours de l’or noir qui se sont repliés en début de semaine. C’était sans compter sur ce sursaut dont seul le baril a le secret. La trajectoire haussière qu’il a amorcée le 20 novembre a continué de s’amplifier. Les cours du Brent, ont franchi la barre des 64 dollars, hier en cours d’échanges, enregistrant une nette hausse par rapport à vendredi dernier. Hier vers 15h00 à Alger le baril de Brent, référence pour le pétrole algérien s’échangeait à 64, 15 dollars. Soit 85 cents de plus que la fin de semaine passée. Les feux restent au vert pour l’or noir. Le pétrole « Brent » s’engouffre dans le sillage des indices boursiers et déborde les 63 dollars : le voici en route pour 65 dollars pouvait-on lire sur le site d’ABC Bourse, le 16 novembre. Le scénario se précise. Un bol d’air pour l’économie nationale qui continue d’être portée à bout de bras par ses exportations d’hydrocarbures qui lui assurent l’essentiel de ses revenus en devises.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours