{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Les vols s’y suivent et s’y poursuivent

Que se passe-t-il au complexe d’El Hadjar?

«pour le moment, les index sont orientés vers les agents de la société de gardiennage et de surveillance (SGS).

Selon la source qui a filtré l'information, plusieurs disjoncteurs et cartes mémoires ont disparu de l'atelier du HFn°2. D'une valeur de plus de 500 millions de centimes, les équipements volés, hormis leur fonctionnalité dans l'équilibrage de la température du HF n°2 et prévenir une quelconque explosion, n'ont aucune valeur marchande, en dehors du circuit du FH n°2, a expliqué la même source. «Certes, ces disjoncteurs et cartes mémoires ont une programmation fonctionnelle spécifique pour le HF n°2, donc ne peuvent pas être vendus, mais cela reste une perte pour le complexe et sa trésorerie», a déploré notre source. Interrogé sur le ou les éventuels acteurs de ce vol, notre interlocuteur a indiqué sous toutes réserves que «pour le moment, les index sont orientés vers les agents de la société de gardiennage et de surveillance (SGS). Mais jusqu'à preuve du contraire, rien n'est retenu contre elle». Pour en savoir plus sur cette affaire qui risque d'avoir des conséquences démesurées, nous avons vainement tenté de prendre attache avec le premier responsable de la SGS (Société de gardiennage et de surveillance). Celle-ci qui, nous dit-on, dont les agents ne peuvent être suspectés, puisque les équipements ont été volés depuis l'atelier du HFn°2, dans des armoires fermées à clé, n'a fait qu'accentuer les suspicions sur des éléments internes au complexe «On croit à une complicité à l'intérieur de l'atelier, puisque un agent de sécurité ne peut pas savoir ce qui se trouve dans un atelier, encore moins dans une armoire», a estimé notre source. Cela implique que les auteurs connaissent bien le terrain et les lieux où ils devaient opérer. Par ailleurs, une autre source a indexé certains agents de sécurité, portés à la solde de l'ex-député Bahaeddine Tliba, se trouvant actuellement en détention provisoire à la prison d'El Harrach. «La plupart de ces agents étaient des «videurs», dans les boîtes de nuit de Annaba, ils ont été recrutés avec la bénédiction de Tliba. Cet homme était à l'origine de toutes les perturbations enregistrées à l'usine», a souligné cette autre source. Sur les dessous de la série de vols enregistrés dans le complexe, nos interlocuteurs ont été unanimes quant à une volonté malsaine, pour déstabiliser le complexe. Car, faut-il noter qu'il s'agit là du second vol enregistré à l'intérieur des unités de l'usine Sider, en l'intervalle d'un mois et demi. Le premier a eu lieu à l'unité de préparation des matières et agglomérés (PMA) où a été volé, fin mai dernier, un câble électrique de 5500V, d'une longueur de 3 km. D'une valeur estimée plus de 9 milliards de centimes, les compétences algériennes parmi les sidérurgistes du complexe, sont parvenues à remplacer, en un temps record, le câble volé au niveau de cette unité névralgique du complexe Sider. Alors que l'enquête diligentée par les services de sécurité n'a pas encore livré ses secrets, un second vol, pour ne pas dire acte de sabotage, est survenu le 1er juillet en cours, soit une semaine avant la visite du ministre de l'Industrie Ferhat Ait Ali Braham au complexe El Hadjar. Un vol sur lequel rien n'a filtré, si ce n'est des sources parmi les sidérurgistes, inquiètes quant aux sempiternels actes de sabotage économique, de cette entité qui semble encore être la cible de la mafia sidérurgique. Celle-ci, dont l'herbe lui a été coupée sous les pieds, après l'écartement des relais de l'ancien système, pour qui le complexe d'El Hadjar était la poule aux oeufs d'or. Pour rappel, le complexe sidérurgique El Hadjar, n'est pas à son premier acte de vol. Il a été de tous temps, la cible d'actes de sabotage. C'est à se demander sur les zones d'ombre, derrière ces actes criminels orchestrés, dont l'objectif est de mettre au pied du mur le complexe d'El Hadjar.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours