{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Une conférence nationale sur la Zone de libre-échange africaine

Rendez-vous fin septembre à Alger

Le ministre du Commerce, Djellab, en a fait l’annonce jeudi.

Une conférence nationale sera organisée «fin septembre prochain» sur la Zone de libre-échange africaine, la stratégie algérienne et les voies de pénétration du marché africain», a annoncé jeudi à Batna le ministre du Commerce, Saïd Djellab.
Présidant une journée d’étude régionale sur la protection du consommateur, le ministre a indiqué que cette conférence réunira des opérateurs économiques, des experts, des organismes nationaux et des représentants d’instances africaines pour brosser une vue d’ensemble sur les marchés africains, les opportunités de partenariat et la stratégie à adopter par l’Algérie en prévision de l’entrée en vigueur, en juillet 2020, d’une Zone de libre-échange africaine. L’Algérie est un des premiers pays à avoir paraphé cet accord, comme annoncé par le Premier ministre Noureddine Bedoui au cours du 12ème Sommet des chefs
d’état et de gouvernement africains à Niamey (Niger). Le marché africain «est un marché prometteur», a indiqué Djellab qui a estimé que «le rôle de premier plan assumé par l’Algérie, sur les volets politique et diplomatique à l’échelle africaine, doit aussi prendre une dimension économique au travers de la Zone de libre-échange et s’affirmer en tant que puissance économique régionale». Il a indiqué qu’un recensement des zones susceptibles d’être intégrées à la Zone de libre-échange africaine a été effectué en vue de leur développement. Il a cité celles de Tamanrasset, In Guezzam, Tin Zaouatine, Debdeb et Tindouf. «La feuille de route algérienne, en cours d’élaboration, repose sur des plates-formes logistiques incluant le transport pour assurer aux opérateurs nationaux un accès au marché africain de 1,2 milliard de consommateurs, qui passera en 2050 à 2,5 milliards d’âmes, soit le plus grand marché au monde», a noté le ministre.
La Zone de libre-échange africaine offrira, a-t-il relevé, aux marchandises africaines, dont celles algériennes, des avantages douaniers et permettra d’accroître les échanges inter-africains actuellement de 13% à 15 % pour atteindre 50% à 60%.
Un plan a été adopté pour mener «un travail en commun entre les ministères du Commerce et de l’Enseignement supérieur, afin de conférer davantage d’efficience à l’économie nationale», a-t-il relevé. Le ministre a assuré, à l’adresse des opérateurs économiques, qu’ils seront accompagnés par les pouvoirs publics au cours de l’investissement et de l’exportation pour assurer à la production nationale diversification et compétitivité sur les marchés étrangers. Lors d’une visite à l’entreprise Céram Décor, dans la zone d’activités de Tazoult, le ministre a donné le coup d’envoi d’une 3ème expédition de 25 containers de dalles de sol (37 488 m2) vers la Jordanie, selon le gérant de la société Amine Maâla qui a également relevé qu’une seconde cargaison devait être expédiée vers la Libye.
Le ministre a inspecté cette usine de céramique, ouverte en 2015, avec une capacité de 12 000 m2 puis augmentée en 2018 de 20 000 m2, à la faveur d’une seconde chaîne de production. En 2018, Céram Décor a exporté vers la Libye, le Yémen, le Sénégal, la Mauritanie et la Jordanie, et prépare à l’heure actuelle des commandes formulées par l’Arabie saoudite, l’Irak, le Qatar, Djibouti et l’Angola.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours