Accueil |L'Editorial |

Victoire de l'Algérie contre le terrorisme!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

En pesant bien les mots, c'est une véritable guerre que vient de remporter notre armée à In Amenas. Et pas n'importe quelle guerre. Une guerre internationale. Dépassons le macabre comptage de morts qui est, en définitive, de très loin inférieur des plans des assaillants et de leurs commanditaires. Hier, à la fin de l'opération sur le site d'exploitation, on dénombrait sept morts parmi les otages abattus par leurs ravisseurs. Quand on sait qu'étaient présents sur le site plus d'un millier de travailleurs, qui ont été surpris dans leur sommeil au lancement de l'attaque terroriste, très tôt mercredi dernier, il nous faut admettre que le pire a été évité. D'autant que les terroristes étaient venus pour faire un carnage au vu de la quantité d'armes et d'explosifs qu'ils avaient sur eux. Ceci dit, prenons du recul pour mieux comprendre les desseins des assaillants. Une trentaine d'individus de différentes nationalités, fortement armés, s'attaquent à l'importante installation gazière algérienne. Dès le début, leur intention de prendre les travailleurs étrangers en otages est affichée. Des étrangers qui attaquent d'autres étrangers sur le territoire algérien, voilà «l'architecture» de l'objectif des criminels. Ce qui n'est rien d'autre qu'une guerre internationale avec pour théâtre l'Algérie. Quant à l'intention, par deux fois prouvée (incendie maîtrisé et les mines que nos artificiers sont en train de désamorcer) de s'en prendre aux installations du complexe, celle-ci visait à éliminer un point d'approvisionnement en gaz de l'Europe et dans le même temps porter atteinte à l'économie de notre pays. De toute évidence, la communauté internationale a, dans sa totalité, saisi la nature de cet objectif encore inédit dans le monde. Le Conseil de sécurité, Londres, Paris, Rome, Washington,... tous ont condamné, sans équivoque, cette opération terroriste. Pourquoi l'internationale du crime a-t-elle ciblé le territoire algérien pour ébranler la planète? Qu'on le veuille ou non, l'Algérie reste l'obstacle majeur à l'installation de la nébuleuse terroriste au Sahel. Plus encore, depuis l'intervention militaire française au Mali (cela protège également la Mauritanie) qui coupe tout espoir aux terroristes d'y installer leur sanctuaire d'où ils avaient programmé de «régner» sur toute la région. Il ne reste plus que l'immensité désertique sans vie possible sachant que le Niger est «protégé» par ses mines d'uranium. C'est tous les plans de «sahélisation» prévus pour délocaliser la «centrale» terroriste qui se trouvent réduits à néant. Oui! L'Algérie est un puissant rempart contre la multinationale du crime qui a pour objectif ultime de redessiner la configuration mondiale. Une puissance contre laquelle les criminels ont mis toutes leurs forces sans réussir leur coup. Ils n'auront réussi ni à faire plier l'Algérie, ni à internationaliser leur agression, ni à porter préjudice à l'économie algérienne et au marché gazier international par extension. La tête pensante de cette organisation criminelle est très certainement déjà sur d'autres coups pour laver l'échec d'In Amenas. C'est pourquoi la communauté internationale n'a plus de temps à perdre pour prendre des initiatives à la hauteur de la menace que fait peser ce fléau sans frontières. L'Algérie prendra, à coup sûr, en compte toutes les leçons de cette nouvelle épreuve que lui a imposée le terrorisme pour renforcer davantage encore ses moyens de défense. Repoussé du Mali, neutralisé en Algérie, le terrorisme est aux abois. On sait combien une bête blessée peut faire mal. Hillary Clinton sait que «les terroristes sont impitoyables». Donc il faut agir. Solidairement et vite!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (9)

sandwish - patate 20/01/2013 04:54:11
Reste à savoir où va finir l'Uranium, le pétrole et l'or du Mali.

Si c'est encore dans la poche de l'OTAN, qui à laissé une facture de 500 milliards à la Libye pour la "liberté"...

L'armée Malienne aurait mieux fait d'investir dans des soldats.....
1
Baillergeau - France 20/01/2013 06:21:56
Victoire toute relative.
Tant que les sources de l'enrichissement de ces groupes ne seront pas asséchées, rien ne sera résolu - Qatar ? Arabie Saoudite ?
Tant que les revendications locales ne seront pas satisfaites,rien ne sera résolu - retombées économiques pour les gens qui sont sur place ? Autonomie touarég ?
Tant que l'Agérie restera "sulfureuse", la collaboration internationale ne lui sera pas acquise, rien ne sera résolu.
2
MENHIR - FRANCE 20/01/2013 08:03:15
Il aurait fallu au vu de ce site sensible et proche d'une frontière, renforcez de façon drastique la SECURITE.....C'est dommange qu'on en arrive là!!!!!
4
Laurent - France 20/01/2013 08:27:47
23 employés tués qui deviennent seulement 7 dans votre article. Ya pas a dire, pour savoir ce qui s'est passé, il vaut mieux lire un article du Tégramme de Brest que d'un journal à Alger.
Allez bonne journée, grande et belle démocratie !
-8
walter benjamin - France 20/01/2013 12:17:31
Les gens qui veulent négocier avec les terroristes sont des irresponsables ,ils inversent les rôles , pour eux il faudrait se coucher devant les terroristes et négocier. Ce serait presque la faute des victimes à les entendre... C'est ce que faisait le petit président et on paye aujourd'hui sa politique ,les terroristes ont de l'argent et recommencent les prises d'otages. La France avec Hollande , ne négocie plus, elle relève enfin la tête .Les prises d'otages ne serviront à rien si rien n'est négocié, et elles s'arrêteront .Remercions la rapidité d'intervention de l'Algérie qui a ainsi évité l'explosion du site et un bilan catastrophique.Ces terroristes font honte à tous les musulmans ,ils ont de moins en moins de soutiens .Un cri parcourt l'Afrique"vive l'Algérie" et "merci François"
21
Zinedine - Algérie 20/01/2013 12:23:31
J'ai bien l'impression que "certaines personnes" ou certains services secrets,commandités par je ne sait quel pays,ont voulu tester la réaction de l' Algérie face à une telle menace,sa capacité à résoudre une crise dans le temps,au niveau sécuritaire et diplômatique.
Ce qui me fait penser cela est le fait que cette prise d'otage intervienne une semaine après l'entrée en guerre de la France au Mali,on voit bien que cette guerre s'internationalise et que les enjeux vont au dela de la simple érradication du terrorisme qui au passage rend de nombreux services (comme épouvantail) à certains pouvoirs qui cherchent leur légitimité politique ou leur main mise sur certaines ressources naturelles.
J'ai bien peur qu'on crie victoire trop vite,ce fut un "test" réussi pour l'Algérie,mais je pense que ceux qui cherchent à déstabiliser le pays n'ont fait que montrer leur "première carte".
Le Mali est "l'arbre qui cache la forêt".
20
joyen - france 20/01/2013 12:38:48
bravo l'algérie - vous etes en première ligne et avez réagit comme il le fallait - que les "pleureuses" qui critiquent aillent réclamer un paquetage à leur ministère de la défense et nous montrent sur le terrain comment il faut s'y prendre - mais ce serait plutot," armer vous et partez" -
23
Alain Trz - France 20/01/2013 17:27:57
Félicitons les Algériens pour leur intransigeance vis à vis des tueurs et le professionalisme de leur armée.
Cet acte de guerre n'aurait pas pu être résolu par la "diplomatie".Spécialité des états en position de faiblesse face aux extrémistes.
Cette politique vis à vis des tueurs n'est que reniements et humiliations.Les terroristes y gagnent toujours.
L'Algérie devrait être un modèle de comportement dans cette situation pour les états faibles.
Tous ceux qui en Europe ou Asie critiquent l'action vigoureuse et réussie du gouvernement Algérien.
0
Titeuf - France 20/01/2013 20:32:36
On ne négocie pas avec les terroristes et ça le gouvernement Algérien l'a bien compris.
Puisse cette leçon être apprise par nos têtes bien pensantes en Europe et dans le monde.
0
total :9| Affiché :1 - 9

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha