Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |L'Editorial |

Nouveau SG de l'ONU, pour faire quoi?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Habillage. Jeudi dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU a fait son choix sur le successeur de Ban Ki-moon au poste de secrétaire général à partir du 1er janvier 2017. Il s'agit du Portugais Antonio Guterres. Un spécialiste des réfugiés pour avoir été, dix longues années durant, à la tête du Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés. Il y a tout lieu de croire que son expérience dans les déplacements de populations a été pour beaucoup dans sa désignation. Si aujourd'hui le phénomène est d'une actualité brûlante en Europe qui fait face à des migrations massives pour cause de conflits en Irak et en Syrie principalement, tout indique que le monde s'achemine vers une amplification du problème. A la fuite des civils des zones de guerre s'ajouteront, sans doute possible, ceux qu'on appelle déjà les réfugiés économiques. Le continent africain est malheureusement en bonne place dans cette prospective. Ce n'est pourtant pas ce qui crédite la désignation de Guterres. Il a de l'expérience, mais pas de baguette magique. Ni les coudées franches. C'est sur la forme plus que sur le fond qu'il faut inscrire la succession du SG de l'ONU. Comme le vote de l'Assemblée générale qui interviendra pour valider la décision du Conseil de sécurité. Ainsi, la fonction conserve son aspect électif sans perdre celui de la cooptation. Ainsi va l'ONU et avec elle, les affaires du monde. Ce qui lui a valu d'être traitée de «machin» par De Gaulle. George Bush l'a superbement ignorée pour envahir l'Irak. Israël se fiche totalement de ses résolutions. Jusqu'au Maroc qui se permet de renvoyer sans ménagement ses fonctionnaires et déclarer «persona non grata» l'envoyé spécial de son SG. L'ONU a également et docilement accepté d'être instrumentalisée, notamment dans la sournoise rédaction de la résolution 1973 qui a autorisé en 2011 ses membres «de prendre toutes les mesures jugées nécessaires» en Libye. Ce qui s'est transformé en agression militaire pure et simple contre ce pays qui vit depuis, un chaos inextricable. Au point où le président Obama a avoué publiquement (citation): «Je considère notre intervention en Libye dans le cadre d'une coalition internationale comme ma plus grande erreur en termes de politique extérieure.» Pour autant, l'ONU reste un mécanisme perfectible. Pour cela, des réformes sont nécessaires. Comme ne cessent de le réclamer depuis plus d'une décennie les dix pays, dont l'Algérie, désignés par l'Union africaine pour «corriger l'injustice historique qui continue de priver le continent africain de siéger parmi les membres permanents du Conseil». Alors que la charte de l'ONU repose «sur le respect du principe de l'égalité de droits des peuples» tout un continent, peuplé d'un milliard deux cent millions de personnes, n'a pas «droit au chapitre» dans les affaires du monde. Tant que cette injustice n'est pas réparée, la succession au secrétariat général onusien n'aura aucun sens!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha