Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |L'Editorial |

Le pouvoir d'achat et "l'absent"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Sangsues. Le projet de loi de finances 2017 a certes été adopté par l'APN mardi dernier. C'est au Sénat maintenant de se prononcer. Ce qui veut dire que c'est toujours un projet de loi. Et même dans le cas où les sénateurs suivent les députés et l'adoptent, elle devra être signée par le président de la République avant d'entrer en application à partir du 1er janvier 2017. Normalement, le consommateur algérien ne devrait en ressentir les effets qu'après cette date. En gros, il est attendu une augmentation des prix des pneus des véhicules, de l'essence super et sans plomb, du tabac, des boissons alcoolisées et quelques appareils électroménagers qui consomment le plus d'énergie. Par contre les produits alimentaires de base (pain, lait, semoule, farine, etc) continueront à être subventionnés. On pourra contester ce maintien des prix administrés qui profitent aux riches et aux pauvres sans distinction, mais une chose est certaine, la LPF 2017 protège toujours les Algériens malgré une conjoncture financière difficile que tous les pays producteurs d'hydrocarbures vivent plus douloureusement que nous. Malgré qu'en ce mois de novembre 2016, des hausses de prix inexpliquées ont lieu sur le marché. Que ce soit pour les fruits et légumes, le tabac, le transport, certains spéculateurs n'attendent pas 2017. Ils y sont déjà. Pour le tabac c'est le temps de la constitution des stocks qui ne seront livrés qu'au début de l'année prochaine. Pénurie donc. Pour les fruits et légumes (périssables), les spéculateurs n'attendent pas. Les prix flambent déjà. Pour les Transports on mélange tout. L'ancienne augmentation des carburants et celle à venir. En face, le gouvernement menace. Le ministère des transports promet de sévir en cas d'infractions constatées. Cela peut aller jusqu'au retrait de l'agrément du transporteur indélicat. Pour le ministère du Commerce il est question d'un contrôle strict des produits subventionnés. Pour le reste, ce département s'en remet à la «loi de l'offre et de la demande». Comme si l'offre pouvait ne pas être artificiellement organisée. Bref, il est vrai que les spéculateurs s'en donnent à coeur joie. Ils font bon usage de ce «mécanisme» de l'offre et de la demande. En organisant tout simplement cette «offre» en mettant «au frais» dans des entrepôts des produits achetés à bas prix. Ce qui aura pour effet mécanique d'augmenter les prix. La TVA de 2017 n'aura plus qu'à «augmenter l'augmentation». Reste la demande, c'est-à-dire le consommateur. Quel est son poids dans l'équation? Nul, complètement nul. Il n'est pas aussi organisé que «l'offre». Bien sûr il y a bien une ou deux associations de consommateurs. On entend leurs représentants rouspéter. On les voit à la télé. D'ailleurs on les voit tellement sur les plateaux de télévision sur des sujets politico-économiques, que cela ressemble à «un entretien d'embauche». Le consommateur, lui, continue à se ruer sur les étals tout en affirmant n'en avoir pas les moyens. Un seul acteur manque sur cette scène. C'est le nécessiteux. Le vrai nécessiteux. Sa dignité lui interdit de s'exhiber!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha