Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 19 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 20 °C Max 30 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 37 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 12 °C Max 25 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |L'Editorial |

Israël, un Etat au-dessus des lois?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Un nouveau palier a été franchi dans la soirée de lundi dernier par Israël suite au vote d'une loi légalisant des colonies érigées sur des terres privées palestiniennes en Cisjordanie. A bon droit, les Palestiniens s'alarment de ce nouvel oukase d'Israël qui ouvre la voie à une annexion de la Cisjordanie occupée. Depuis 2005 et la «fameuse» vision du président états-unien George W. Bush de «deux Etats» [Palestine et Israël} vivant côte à côte, Israël s'est évertué à rendre cette idée sans objet, grignotant sur les territoires palestiniens et reconfigurant la Cisjordanie et Jérusalem-Est occupées. Ladite «communauté internationale» (entendre les puissances agissantes dans le monde) et les Etats-Unis, eux-mêmes, jugent illégales les colonies qui transgressent le droit international et constituent un obstacle insurmontable à la mise en oeuvre de deux Etats. Or, jusqu'ici, cette «communauté internationale» s'est limitée, à la manière de Lapalissade, d'égrener des évidences sans se donner les moyens de renverser la donne et contraindre Israël à se conformer à la légalité internationale. En fait, Israël qui n'a jamais pris en compte les résolutions de l'ONU [y compris celle lui ayant donné naissance] avait l'habitude d'affirmer «l'ONU peut demander ce qu'elle veut, Israël continuera (ses) opérations jusqu'à ce que ses objectifs soient atteints». On peut donc gager que l'ONU ne fera rien, si ce n'est encore une fois, déplorer les agissements d'un pays qui s'estime au-dessus du droit international. Bénéficiant de l'impunité que lui confère le veto des Etats-Unis [utilisé plus de 50 fois lors du dernier demi-siècle], Israël ne se juge pas en demeure de se soumettre à la Charte de l'ONU. Ainsi, cette organisation agit, cela ne fait pas de doute, partout dans le monde où ses résolutions s'imposent pour tous, sauf pour Israël. Israël, domaine réservé, qui échapperait au fonctionnement normatif du droit international, dès lors que celui-ci ne s'appliquerait pas, ni ne peut s'appliquer à l'Etat hébreu. Israël défie l'ONU et, même, ladite «communauté internationale»? Certes pas, dès lors qu'il n'existe pas de la part de l'ONU et cette «communauté internationale» la volonté affirmée de faire appliquer par Israël les résolutions le concernant. Durant toutes ces années on a laissé les choses pourrir sans rien faire qui mette le holà aux dépassements d'Israël. Comprenons-nous bien:si Israël - protégé, bien sûr, par le veto états-unien - n'a jamais ressenti le besoin d'obtempérer à l'ONU ou de faire profil bas, c'est bien du fait de sa certitude que les choses n'iront pas plus loin que l'effet d'annonce. Et il a raison. Aussi, vitupérer contre Israël, n'a pas de sens, dès lors que ceux qui peuvent faire se conformer Israël au droit international - ils en ont les moyens - refusent de s'engager dans ce sens. De fait, Israël met à profit cette donne pour poursuivre ses objectifs qui sont et restent d'empêcher la création d'un Etat palestinien. Ce n'est pas Israël qui est un Etat hors normes, mais ce sont les instances mondiales, le Conseil de sécurité de l'ONU en particulier [contraignantes, ses résolutions s'appliquent à tous (l'Iran et la Corée du Nord ont été plusieurs fois sanctionnés), mais pas à Israël] qui par leur pusillanimité font que cet Etat n'estime pas devoir se conformer aux lois universelles que sont les résolutions onusiennes. Si Israël est ainsi devenu un Etat hors la loi, c'est d'abord dû aux dérobades des instances chargées de faire appliquer les décisions de l'ONU, certes battues en brèche par le veto états-unien. Ainsi, Israël n'a jamais admis à ses côtés un Etat de Palestine et ne s'est pas privé de le faire savoir par les voix les plus autorisées de son gouvernement. Jamais il n'y a eu de réaction sommant Israël de se conformer à la loi. Israël - qui s'est servi des négociations avec les Palestiniens - a, au fil des ans, construit des centaines de colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. En 2003, un responsable israélien, le ministre du Tourisme, Benny Elon, affirmait [lors du forum organisé par le lobby pro-israélien, Aipac, American Israël public affairs committe - Comité des affaires publiques américano-israéliennes] que la politique d'Israël est de s'assurer qu'il n'y aurait jamais d'Etat palestinien, déclarant «la position US [de soutien à Israël] n'est pas nouvelle. Notre job, c'est de nous assurer qu'un Etat palestinien, qui représente par de nombreux aspects un danger pour Israël, ne soit pas créé». Le monde ne peut dire qu'il ne savait pas. De fait, l'ex-secrétaire d'Etat US, Condoleezza Rice (qui a dirigé plusieurs séances de pourparlers du processus de paix israélo-palestinien) participait à ce forum, apportant la caution états-unienne à ce déni de droit envers les Palestiniens. En fait, Israël, membre de l'ONU, est le seul pays au monde qui n'a pas de frontières officielles. Les colonies sont la résultante directe de cette anomalie. Que fait, qu'a fait l'ONU pour mettre un terme à cette escroquerie?

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha