Prévisions pour le 20 Novembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 21 °C
32
 Laghouat Min 3 °C Max 16 °C
32
 Batna Min 4 °C Max 11 °C
30
 Biskra Min 8 °C Max 19 °C
34
 Tamanrasset Min 17 °C Max 25 °C
26
 Tlemcen Min 7 °C Max 13 °C
12
 Alger Min 12 °C Max 18 °C
12
 Saïda Min 4 °C Max 13 °C
30
 Annaba Min 11 °C Max 19 °C
12
 Mascara Min 7 °C Max 18 °C
12
 Ouargla Min 13 °C Max 22 °C
34
 Oran Min 11 °C Max 19 °C
12
 Illizi Min 18 °C Max 27 °C
26
 Tindouf Min 10 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 5 °C Max 13 °C
30
 Mila Min 8 °C Max 16 °C
30
 Ghardaïa Min 8 °C Max 17 °C
32
Accueil |L'Editorial |

L'enseignement privé jusqu'au master

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Top départ! Jeudi dernier, le ministère de l'enseignement supérieur a publié un communiqué pour informer «les personnes physiques de droit privé désirant créer des établissements privés de formation supérieure» qu'elles peuvent retirer le cahier des charges. Il ajoute que «les personnes physiques de droit privé ayant déjà déposé des demandes d'autorisation de création d'établissement privé de formation supérieure étaient invitées à se conformer aux dispositions de l'arrêté du 30 octobre 2016, paru au Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, n° 67 du 13 novembre 2016». Avant de continuer, il nous faut traduire en langage simple ces deux extraits du communiqué. Primo, les personnes morales (sociétés) sont exclues du champ d'application. Secundo, les établissements privés qui dispensent, actuellement, des formations supérieures doivent se soumettre aux dispositions de cet arrêté. Allusion faite au précédent arrêté du 18 juin 2008 qui a été abrogé. Pourquoi? Nous avons relevé quelques nouveautés. D'abord l'autorisation s'effectuera désormais en «deux étapes». La «temporaire» et la «définitive». La première est obtenue «après satisfaction des conditions visées dans le (nouveau) cahier des charges». La seconde ne le sera qu'à «l'issue d'un cycle complet de formation sur la base d'un rapport d'évaluation». Une période probatoire est donc instaurée. L'autre point important est la constitution d'une commission ministérielle qui est chargée d'examiner les demandes et non plus l'administration centrale du ministère de l'enseignement supérieur comme c'était le cas dans le précédent arrêté. D'autre part il faudra joindre à la demande «une copie du registre du commerce exclusif dédié uniquement aux activités d'enseignement et de formation supérieurs». Autrement dit se consacrer uniquement à la transmission du savoir. Ce qui valait la peine d'être précisé. S'agissant de la création d'établissements privés étrangers, celle-ci «est subordonnée à la ratification d'un accord bilatéral entre le gouvernement algérien et le gouvernement du pays concerné». Ajoutons que «tous les domaines de formation (sont concernés) à l'exclusion des sciences médicales». Ainsi donc et après l'enseignement primaire, moyen et secondaire, le privé a désormais sa place aux côtés du secteur public dans l'enseignement supérieur. Certaines écoles privées qui faisaient de l'intégration une stratégie de développement pourront désormais former et accompagner leurs élèves de la première année primaire jusqu'à la licence et le master. Il y en a. Quel merveilleux challenge pour l'excellence!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha