Accueil |L'Editorial |

Si la Ligue des Etats arabes nous était contée!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Un anniversaire a été quasiment passé sous silence, manqué ou, plus simplement, enveloppé du voile de l'oubli. Evidemment, il s'agit de la «fascinante» et «ubiquiste» Ligue des Etats arabes [LEA, pour les intimes] qui vient de (ne pas) fêter ses 72 printemps. Le contraste est singulier avec l'Union européenne (UE) qui célébra comme il se devait à Rome (samedi dernier) le 60e anniversaire de son acte fondateur, le 25 mars 1957. Il n'y a pas photo entre l'UE et ladite LEA. De fait, leur seul point commun est que les deux organisations ont vu le jour un mois de mars. C'est, en effet le 22 mars 1945 - en pleine Seconde Guerre mondiale - que fut fondée au Caire avec l'aide de la...Grande-Bretagne, ce qui allait devenir l'ancêtre des organisations régionales dans le monde. Elle précéda même de quelques mois la future institution internationale des Nations unies (ONU). Donc, la Ligue arabe a derrière elle, aurait dû avoir, une longue histoire - c'est du moins ce qui peut être subodoré - car elle a, pour ainsi dire, assisté à la transformation du monde à la sortie de l'épuisante Seconde Guerre mondiale (1939-1945). Or, il n'en fut rien! Tout au long de son existence, la Ligue arabe a été en réalité un instrument de pouvoir de l'Egypte qui en usa et en abusa pour imposer son diktat sur le Monde arabe. De fait, de 1945 à 2017 (à l'exception de l'intermède tunisien, 1979-1989, suite à l'exclusion de l'Egypte après les accords de Camp David) le secrétariat général de la Ligue arabe est le monopole de l'Egypte et de ses chefs de la diplomatie leur servant de point de chute pour finir leur carrière. L'actuel secrétaire général, Ahmed Abou Gheit, a remplacé en 2015 un autre Egyptien, Nabil El Arabi. De fait, l'Egypte a rejeté tous les projets de réforme de la Ligue, dite arabe. En 2005, excédé par la situation d'impasse où se trouvait la Ligue, l'ex-chef de la diplomatie algérienne, Abdelaziz Belkhadem, s'exclama: «Il ne faut pas que la Ligue arabe devienne une annexe du ministère des Affaires étrangères égyptien.» En fait, c'était là un euphémisme, la Ligue dite des Etats arabes, n'était en fait que la succursale de la diplomatie égyptienne qui en disposait à sa convenance. A la chute de la «Maison Egypte» lors de la Révolution de janvier 2011, le minuscule, Emirat du Qatar imposa «sa loi» allant jusqu'à faire chasser en 2012 la Syrie, l'un des fondateurs de la Ligue, remplacée par des groupes rebelles. Un triste épisode pour la Ligue, à laquelle est arrivée un fait unique dans les annales de l'histoire des organisations internationales. C'est quoi une Union régionale qui accepte dans ses rangs des rebelles et représentant un peuple sur lequel ils n'ont aucune autorité? Ainsi, la Ligue a été le jouet de l'Egypte d'abord, du Qatar ensuite. En fait, la Ligue arabe n'a jamais eu l'autonomie qui aurait dû être la sienne, phagocytée qu'elle était par des pays qui lui imposaient leurs oukases. Il y avait donc un constat à faire, l'inefficacité et la paralysie de la Ligue arabe ont une cause: le frein imposé par ses tuteurs égyptiens, certes, mais aussi tunisiens et qataris. C'est là le fond du problème. Les Egyptiens se hérissent dès qu'il est question de réformer la Ligue arabe, qui dans sa formule actuelle servait et continue de servir les intérêts de la seule Egypte. C'est la raison pour laquelle les Palestiniens n'ont toujours d'Etat, 70 ans après le partage de la Palestine historique. Les Arabes en général, la Ligue des Etats arabes en particulier, n'ont pas droit de cité dans les affaires de la géopolitique mondiale, mais aussi dans celles qui les intéressent en priorité, comme les dossiers libyen, syrien, irakien et yéménite qui auraient dû être pris en charge par la Ligue arabe pour leur trouver des solutions dans le cadre du Monde arabe. Alors la question qui se pose est celle-ci: à quoi sert la Ligue des Etats arabes? A-t-elle participé de façon efficiente à l'intégration des économies arabes? bien sûr que non, dès lors que les relations économiques entre les 22 membres de la Ligue ne dépassent pas le 0%. A-t-elle contribué à faire entendre la voix du Monde arabe dans les forums internationaux? négatif! A-t-elle de quelque façon pesé pour seulement faire connaître et imposer la position arabe sur les questions qui concernent les Arabes? L'échec de la Ligue arabe est patent, comme le montre assez cruellement la trajectoire de l'Union européenne créée en mars 1957, devenue en 2017 un vaste ensemble économique où les frontières entre ses 28 membres ont été abolies. Créée en mars 1945, ses frontières restant hermétiquement closes, les menées de la Ligue demeurent au niveau des intentions sans mise en application de ses principes fondateurs. Faut-il en rajouter? En fait, le meilleur service à rendre aux Arabes, c'est encore de dissoudre une Ligue, devenue une hérésie qui dessert les intérêts du Monde arabe qu'elle prétend défendre.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha