Accueil |L'Editorial |

Nos émigrés votent aujourd'hui

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Longueur d'avance. Pour les Algériens établis à l'étranger, les bureaux de vote ouvrent leurs portes ce matin. Soit six jours avant la date officielle du scrutin fixée au 4 mai prochain. Soit également deux jours avant la clôture officielle de la campagne électorale fixée pour demain 30 avril. Les raisons de ces décalages sont d'ordre organisationnel. Du même ordre que les bureaux de vote itinérants qui commenceront dès lundi prochain à se rendre auprès de nos nomades et notamment dans l'extrême Sud. Autre remarque, si le scrutin en Algérie se déroulera au cours d'une seule journée, à l'étranger nos électeurs auront droit à trois journées. Les samedi 29 et dimanche 30 avril (week-end en Occident qui permet aux électeurs d'être disponibles) et le jour officiel du jeudi 4 mai. Donc dès demain les 955.426 Algériens établis à l'étranger et inscrits sur les listes électorales pourront exercer leur droit de vote qui, faut-il le préciser, est également un devoir. Répartis sur quatre zones géographiques (deux en France, une qui englobe le Maghreb, le Machrek, l'Afrique et l'Asie-Océanie et la dernière zone qui comprend l'Amérique et les pays d'Europe autres que la France). A raison de deux députés par zone, nos compatriotes auront à choisir au total huit députés sur les 53 listes qui leur sont proposées. Les électeurs algériens en France forment le plus grand nombre de nos compatriotes inscrits dans nos représentations diplomatiques à l'étranger. Ils sont exactement 763.313 sur les 955.426 cités plus haut. Ce qui justifie l'attention particulière qui doit être accordée à leur vote. D'autant qu'ils vivent simultanément deux ambiances électorales. Celle des législatives de leur pays, l'Algérie, qui coïncide avec celle de leur pays d'accueil, la France, qui élit son président de la République. Les deux consultations ont cette particularité d'avoir lieu à la même période tous les cinq ans. Ce qui nécessite à chaque rendez-vous des aménagements de calendrier et de lieux de vote de nos électeurs qui vivent en France. A ce propos d'ailleurs, nos compatriotes vivent la campagne électorale française avec une appréhension certaine.
Une victoire, qui n'est pas impossible, de Marine Le Pen, ouvrirait pour eux une période des plus difficiles à vivre. Le programme de la candidate FN est en effet, on ne peut plus clair sur le sort qu'elle compte réserver à l'immigration. Sans compter le saut dans l'inconnu que risque la France elle-même. Ce qui devrait susciter en eux un rapprochement plus prononcé avec leur pays natal. Pour une meilleure défense de leurs intérêts.
Pour une meilleure protection contre l'exclusion et la haine que les Le Pen, père et fille, n'ont jamais cachées. Le tout devrait déboucher sur une plus grande participation de leur part que celle des précédentes consultations électorales algériennes. Plus forte que le score de 14% de la participation des Algériens établis à l'étranger lors du renouvellement de l'APN en 2012. On le saura le 5 mai prochain!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha