Accueil |L'Editorial |

Les 100 jours de Trump

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Etrange, autant les «100 jours» de Barack Obama ont été triomphaux, autant ceux de Donald Trump à la Maison-Blanche, en demi-teinte, ont été marqués par les revers. Le 45e président états-unien n'en finit pas d'essuyer déboire sur déboire de la part des instances de son pays: politique, administrative et judiciaire. Ainsi, sur l'immigration, sur l'«Obamacare» (la loi protégeant les patients, qu'il voulait abroger), sur le «mur» (aux frontières du Mexique) Donald Trump s'est heurté à des obstacles qui [pour le moment] semblent insurmontables. A l'international, Donald Trump a fait tout faux, se mettant à dos, y compris, les alliés les plus sûrs des Etats-Unis. Plus, lors de la campagne présidentielle, il promettait de retirer les troupes états-uniennes des champs de bataille, le voilà qui, par ses décisions intempestives, met le monde au bord d'une guerre atomique. Il veut «régler» à sa manière et «seul» - si besoin - le problème du nucléaire nord-coréen, inconscient du danger qu'il fait courir au monde. Contrairement à Barack Obama véritable Machiavel [il obtint le prix Nobel de la paix, tout en étant le président états-unien qui a le plus suscité la guerre et la violence dans le monde], Donald Trump, impulsif, fonctionne au «tweet» [à plusieurs reprises il a dû revenir sur ses propos, faire profil bas], semble agir avant de réfléchir. En vérité, Donald Trump n'en revient pas d'avoir réussi, malgré toutes les oppositions, à commencer, celle de son camp républicain [qui lui opposa 15 candidats pour lui barrer la route de la Maison-Blanche] à gagner le «trône» du Bureau ovale. A la Maison-Blanche - en tant que président de la première puissance mondiale - le milliardaire new-yorkais de l'immobilier découvre une puissance et un pouvoir incommensurables qui l'enivrent. Assurément, sa conduite [tant dans les affaires états-uniennes que de diplomatie mondiale] s'explique par le fait que le locataire de la Maison-Blanche, était grisé par cette puissance qui lui a échu. Mésusant de cette puissance, il croyait pouvoir tout faire en tant que président des Etats-Unis. Or, le Congrès lui a rapidement fait comprendre qu'il y avait des limites à son pouvoir de décision. Autre fait à relever, alors que Barack Obama avait opéré avec élégance une rupture de fond avec la présidence du républicain Bush Junior, Donald Trump voulait illico, brutalement, effacer tout ce qu'a réalisé son prédécesseur (comme ses emblématiques réussites «Obamacare, sur la santé des couches moyennes états-uniennes, et l'accord sur le nucléaire iranien]. Aussi, par mimétisme, Trump a «remarché», vendredi, sur les plates-bandes de Ronald Reagan [le 40e président (républicain) des Etats-Unis] en s'invitant à la conférence annuelle du National Rifle Association (NRA, le puissant lobby des armes aux Etats-Unis). Mais Trump ne se rattache, ne peut se rattacher à aucun de ses prédécesseurs. En tout état de cause pas à Reagan - son seul point commun avec l'ex-acteur hollywoodien est leur admiration pour la NRA - qui, tout anticommuniste qu'il a été, fut celui qui signa l'un des premiers traités les plus signifiants [Intermediate-Range Nuclear Forces Treaty: INF] sur l'interdiction des forces nucléaires à portée intermédiaire avec l'Union soviétique. Non seulement Donald Trump veut déchirer l'accord sur le nucléaire avec l'Iran, il est également prêt à une guerre - qui sera atomique - avec la Corée du Nord. Et puis, et ce n'est pas le moindre, autant Barack Obama a su faire patte de velours tout en demeurant ferme sur les principes, autant Donald Trump se réfère plus à la force qu'à l'intelligence. A son centième jour de présidence à la Maison-Blanche, le bout du tunnel semble encore loin pour Donald Trump qui devra continuer à ramer.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha