Accueil |L'Editorial |

Un scrutin, plusieurs messages

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Passage de témoin. Selon les résultats préliminaires communiqués, hier, par le ministre de l'Intérieur, Nouredine Bedoui, la majorité présidentielle (FLN-RND-TAJ-MPA) reste largement acquise avec 293 sièges. Cependant, cette majorité dispose de quatre sièges de moins que lors de la précédente législature malgré les 19 sièges obtenus par TAJ et dont c'est la première participation au scrutin. Ceci s'explique par la perte de 57 sièges qu'a subie le FLN et qui n'a pu être totalement compensée par le total cumulé de la remontée du RND (+27 sièges) et du MPA (+7 sièges) ainsi que de l'arrivée du TAJ. Ce qui permet de dire que le passage de témoin générationnel est bel et bien enclenché. De son côté l'alliance HMS dans laquelle se trouve le MSP obtient 33 sièges (l'Alliance verte disposait de 47 sièges dans la précédente mandature). Toutefois, les partis dits «islamistes» se maintiennent avec les 15 sièges obtenus par le parti Ennahda. Les indépendants progressent eux aussi. Ils viennent d'obtenir 28 sièges (9 de plus). Autre retour en force, celui du RCD qui, après avoir boycotté les législatives de 2012, vient d'obtenir 9 sièges. Enfin, l'ANR passe de 3 à 8 sièges. Ceci pour la partie haute du graphique. Pour la partie basse, le FFS qui avait 21 sièges n'en a obtenu, cette fois, que 14. Le Parti des travailleurs de Louisa Hanoune perd 6 sièges. Il passe de 17 à 11 sièges. Tout en rappelant qu'il avait été touché par le «nomadisme» de certains de ses députés lors de la précédente législature. Le FNA de Moussa Taouti a failli disparaître. Il n'a gagné qu'un seul siège alors qu'il en comptait 9 auparavant. Enfin, près d'une vingtaine de partis participants n'ont obtenu aucun siège. Autre point, le nombre de femmes élues a «bougé». Elles étaient 147, elles ne sont plus que 118. Le quota a servi à briser un tabou. Place maintenant à l'effort et l'engagement. Comme pour l'homme. Pour le taux de participants, celui-ci est resté quasiment stable (même des médias occidentaux l'ont relevé hier). Ceci ne devrait pas empêcher les nouveaux députés de redorer l'image laissée par leurs prédécesseurs auprès de l'opinion nationale. Pour leur respectabilité d'abord et ensuite pour mettre les chances de leurs côtés s'ils veulent rempiler en 2022. Le changement générationnel dont on parlait au début a produit un électorat autrement plus exigeant que par le passé. Reste tout de même, le plus important. Le climat dans lequel s'est déroulée la campagne électorale ainsi que le jour du scrutin sont à souligner. On peut dire sans se tromper que nous venons d'avoir les premières législatives réellement démocratiques. Dans la transparence. Sans «crêpage de chignon», sans aucun dérapage entre les adversaires politiques qui ont même été nombreux à appeler les électeurs à l'unité nationale d'abord et avant toute préférence partisane. C'est un plus historique. Le tout s'est déroulé dans une sécurité totale grâce à l'ensemble de nos forces de sécurité qui confirment le grand professionnalisme qu'elles ont atteint. Nous sommes sur la très bonne voie. Celle du progrès!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha