Accueil |L'Editorial |

L'élan patriotique de la tripartite

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Main dans la main. La rencontre, entre les partenaires économiques et sociaux et le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, s'est tenue, jeudi dernier, sans ordre du jour préétabli et à huis clos. A la lecture du communiqué final, on comprend qu'il s'agissait d'une tripartite de «concertation» autour de l'appel du 20 août dernier, du président de la République en vue de «donner l'exemple de mobilisation et d'unité pour que l'Algérie puisse relever le défi de poursuivre son développement malgré la crise financière». Le même communiqué nous apprend que les organisations patronales et l'Ugta adhèrent totalement à cet appel. Ce qui autorise à dire que cette tripartite aura été celle de la réconciliation. D'ailleurs la présence des ministres des Finances, du Commerce, de l'Industrie et du Travail à cette réunion, illustre bien le souci d'apaisement qui anime le Premier ministre. A noter que s'il s'agissait d'une réunion de travail axée sur le nouveau modèle économique, il aurait fallu ajouter la présence du ministre de l'Agriculture et celui du Tourisme, deux secteurs considérés comme prioritaires dans la relance en cours. Donc les nuages qui risquaient de perturber la reconstruction économique du pays se sont dissipés. Ce qui permet au gouvernement de mieux se consacrer aux étapes suivantes inscrites à son calendrier comme la présentation de son plan d'action au Parlement, les élections municipales ou encore la préparation de la loi de finances 2018. Sans compter ce qu'il est communément appelé «front social» à chaque automne. On y trouve la loi sur la retraite, les dysfonctionnements dans la santé, l'équilibre de la balance commerciale, etc. D'ailleurs, les participants se sont mis d'accord, jeudi dernier, de reporter la réunion de la tripartite qui était prévue pour le 23 septembre prochain. Ce qui allègera l'agenda du gouvernement d'autant que la dernière réunion ordinaire de la tripartite s'était tenue à Annaba au mois de mars dernier. Ce retour de la confiance entre le gouvernement et les partenaires sociaux était plus que nécessaire pour «la poursuite par notre pays du processus de développement entamé il y a près de deux décennies», comme l'a rappelé le chef de l'Etat dans son dernier message. Il ne fait pas l'ombre d'un doute que l'élan patriotique a prévalu tout au long des discussions de cette tripartite extraordinaire de jeudi dernier. Il faut qu'il se poursuive au quotidien et dans tous les actes majeurs qui ne manqueront pas d'être pris par le gouvernement dans les jours, les semaines et les mois à venir. Et si Ahmed Ouyahia a tenu à insister sur la dimension sociale de l'économie de marché adoptée par l'Algérie, c'est certainement pour rappeler que le profit ne doit pas être l'unique moteur de l'entreprise algérienne. Elle doit intégrer sa participation effective au développement humain. Comme on peut le constater, le Premier ministre était rassurant et ferme à la fois!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha