Accueil |L'Editorial |

"L'équipage" Bouteflika-Ouyahia et les Algériens.

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Binôme. «J'adresse aux Algériens un message d'espoir et de sérénité politique reposant sur des bases réalistes que nous aurons l'occasion d'expliquer ultérieurement», avait déclaré, mercredi dernier, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, à l'issue de sa réunion avec les leaders des partis de la majorité au Parlement. C'est demain qu'aura lieu cette «occasion» lorsqu'il présentera le plan d'action de son gouvernement aux députés. Les élus écouteront son exposé avec le sentiment que ce plan a été mûrement réfléchi pour traverser, au mieux, une «zone de turbulence» marquée par une crise économique et financière internationale. Une crise qui a commencé en 2014 avec la division par trois du prix du baril de pétrole. Ils n'auront aucun doute sur l'efficacité du «plan de vol» que proposera le Premier ministre. A cela plusieurs raisons. D'abord, la «toile de fond» de ce plan n'est ni plus ni moins que l'application du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Lequel programme présidentiel a déjà démontré toute son efficacité. Notamment depuis les trois dernières années au cours desquelles les Algériens n'ont ressenti aucune conséquence fâcheuse sur leur vie quotidienne malgré les maigres recettes financières tirées des hydrocarbures. Les élus, comme l'ensemble des citoyens, savent que rien n'est dû au hasard. Ils savent que c'est un tour de force que nous devons à l'expertise et à l'anticipation des événements par le président Bouteflika, plusieurs fois démontrées depuis le début du 3ème millénaire. Ahmed Ouyahia a, de son côté, précisé que «la politique éclairée tracée par le chef de l'État a permis de trouver une sortie à l'impasse financière qu'a connue le pays et partant, poursuivre le processus de développement et préserver la politique sociale, la justice sociale et la solidarité nationale». Référence au financement non conventionnel. Ensuite et si de nombreux écueils ont toujours pu être évités au pays par le président Bouteflika, aujourd'hui qu'il a nommé Ahmed Ouyahia au poste de Premier ministre «l'espoir et la sérénité politique» sont plus que jamais de mise. Nul besoin de présenter l'homme politique chevronné qu'est Ouyahia. L'homme qui a dirigé plusieurs gouvernements dans des moments difficiles qu'a eu à traverser le pays. L'homme qui n'hésite pas à donner de sa personne en prenant les pires décisions dans l'intérêt général. L'homme qui, avec beaucoup de correction, fait preuve d'une autorité et d'une fermeté qui, le temps aidant, font partie, aux yeux des Algériens, de son naturel. Ceci dit et même si les députés de l'opposition ne sont pas de son avis et qu'ils ne manqueront pas de faire part de leurs critiques et réserves, ceux-ci seront dans leur rôle. S'ils viennent avec des propositions, c'est encore mieux. Ce sera, en outre, toute la richesse de la diversité. Ce sera, enfin, tout à fait normal en démocratie. Mais s'il fallait résumer la situation de manière triviale, l'image qui saute aux yeux est celle de l'avion. Avec comme «commandant de bord» Abdelaziz Bouteflika, le «voyage» s'est déroulé jusque-là sans trop de secousses. En plaçant au poste de «copilote» Ahmed Ouyahia, les garanties d'arriver à bon port sont au niveau maximum. Avec ou sans turbulences. Les Algériens sont plus que rassurés avec un tel «équipage»!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha