La méthode Ouyahia contre l'intox

Imparable. «Attendez donc la sortie du projet de loi avant de le commenter», c'est par cette recommandation que le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a conclu son message, publié jeudi dernier sur le site Web du Premier ministère, à ceux qui ont déjà commencé à spéculer sur la révision de la loi sur les hydrocarbures qu'il a simplement annoncé, dimanche dernier à partir d'Arzew. Coup sur coup, la même journée et sur le même support, Ouyahia s'est adressé également aux «agitateurs politiques qui tentent de manipuler la population, notamment du Sud du pays» après l'annonce de la relance du projet d'exploitation du gaz de schiste qu'il a faite au cours de la même visite à Arzew. Ces derniers ont reçu, de sa part, deux remarques. La première que «la reprise des tests (sur le gaz de schiste. NDLR) sera accompagnée d'explications envers l'opinion et de dialogue avec la population des régions concernées». Ce qui veut dire qu'il ne leur cédera pas un pouce sur ce terrain. La seconde remarque est empreinte de fermeté car et après avoir rappelé que «rien ne sera entrepris en mettant en danger la santé des Algériens», il a ajouté que, de toutes façons, «rien n'empêchera l'Algérie d'exploiter ses richesses au profit des Algériens». Ce qui traduit la forte détermination du gouvernement à ne pas céder devant leurs gesticulations. Cette double «sortie» du Premier ministre a été, à n'en pas douter, «préméditée» par le Premier ministre. Il a, en quelque sorte, tendu un piège aux agitateurs et aux manipulateurs qui se sont laissé prendre comme des novices. En se contentant d'annoncer seulement la préparation de ces deux chantiers sans en livrer le moindre détail, Ouyahia a misé sur la tentation de certains milieux hostiles à se précipiter pour s'emparer des sujets. Il a vu juste car ces milieux ont «plongé» tête baissée sans réfléchir. Ils se sont lancés dans des commentaires à l'aveugle. Ce qui offre à l'opinion publique, nationale et internationale, la preuve irréfutable de l'inintelligence et de la mauvaise foi de ces agitateurs. A ne pas confondre avec le personnel politique de l'opposition consacrée par la Constitution qui attend les textes pour se prononcer. Quant au schiste qui a fait des Etats-Unis, en une décennie, les premiers producteurs d'hydrocarbures au monde en détrônant l'Arabie saoudite, les Algériens en général et nos compatriotes du Sud en particulier ont dû remarquer que les citoyens américains n'ont jamais exprimé d'inquiétudes sur leur santé. Ni les Chinois, ni les Canadiens, ni, ni...Ce simple constat suffit à renvoyer les charlatans qui leur racontent des histoires à dormir debout dans le seul but est de priver les Algériens de nouvelles ressources. On entend souvent ces mêmes charlatans citer le cas de la France. Il faut savoir que ce pays, dont le projet de loi sur ce sujet est en débat au Parlement, ne compte pas interdire le gaz de schiste, mais toutes les énergies fossiles sans distinction. Ce qui s'explique par des réserves en hydrocarbures quasi nulles et la mise en valeur de ses centrales nucléaires qu'il exporte aux quatre coins du monde. Il suffit de suivre l'actualité au lieu d'écouter les conseils du diable. Ouyahia a également démontré qu'il comptait utiliser pleinement le site Web pour sa communication. Un site qui sera désormais plus visité que jamais!