Accueil |L'Editorial |

Des révolutions contre l'Afrique

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'Afrique et l'Europe ont eu une histoire tumultueuse. C'est le moins qu'on puisse dire. Entre les siècles d'esclavage et d'autres siècles de colonisation, conclus par d'atroces guerres et les coups d'Etat organisés pour un oui ou pour un non, il faut bien se rendre à l'évidence que ladite histoire n'a été que dans un seul sens. L'Europe n'a pas fait de cadeau à l'Afrique, en aucun moment des Etats du nord ont eu une action véritablement civilisatrice en direction du continent noir, bien au contraire. Après la traite des Noirs par les régimes féodaux du Moyen Âge, ceux issus de la révolution industrielle ont mis fin à cette «pratique barbare», pour la remplacer «par un autre modèle économique, plus humain», disaient-ils. En réalité, il n'en était rien de tout cela. Les peuples africains l'ont compris à leurs dépens. Les siècles de la colonisation ont été aussi douloureux pour des centaines de millions d'hommes et de femmes que l'ère de l'esclavage. Entre-temps, les Européens ont accompli leurs révolutions, enflammé la planète avec deux guerres mondiales où les peuples d'Afrique en étaient la chair à canon. Et pour finir, ils ont édifié leurs démocraties. Durant tout ce temps, le continent noir et ses habitants ne comptaient pour rien. C'était des points dans des cartes militaires.
Il aura fallu aux Africains de chercher en eux-mêmes l'énergie libératrice du joug colonial. Des révolutions ont éclaté ici et là, toutes matées dans le sang. Mais la volonté des peuples a fini par vaincre. La France, la Grande-Bretagne, le Portugal, la Belgique ont perdu leurs «paradis». Mais les indépendances n'étaient malheureusement pas une fin en soi. Les Européens qui avaient été obligés à la décolonisation ont préparé un «troisième modèle économique». Ils ont corrompu des dirigeants politiques, fomenté des coups d'Etat, divisé des citoyens en ethnies et provoqué de véritables génocides. A la veille de la révolution technologique, l'Afrique n'avait pas encore enfourché le train de l'industrialisation. Mais l'on aura noté que les moyens de communication moderne, eux, se sont largement démocratisés dans le continent noir. Mais ils servent présentement à détruire le moral des citoyens africains. Les Européens ont en fait des consommateurs passifs de leur propagande et fatalement, tous ou presque ont perdu espoir et ne rêvent que du paradis occidental.
On en est là aujourd'hui. L'Europe avec son Union, sa force économique et son poids politique, regarde forcément de haut, l'Afrique, avec son Union hésitante, son sous-développement et ses guerres intestines. Il serait illusoire de penser que l'UE a l'intention de faire le moindre cadeau à l'Afrique. Les dirigeants du Vieux Continent viennent à Abidjan avec un autre «modèle économique». Sera-t-il enfin le bon? Par expérience, la réponse est non... jusqu'à preuve du contraire.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha