Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 33 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 12 °C Max 23 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |L'Editorial |

L'ONU rebat les cartes au Moyen-Orient

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Tournant. 128 pays ont dit non à la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël. Seuls sept micro-Etats comme la Micronésie et les îles Marshall se sont rangés du côté de Tel-Aviv et de la Maison-Blanche. C'est le résultat du vote de l'Assemblée générale de l'ONU qui a eu lieu jeudi dernier. Les observateurs internationaux ont été nombreux pour qualifier le résultat du vote infligé aux Etats-Unis et à l'Etat hébreu. Pour les uns, ces deux pays ont subi un camouflet. Pour d'autres c'est un échec cuisant. Quand d'autres considèrent que ce résultat met carrément la politique expansionniste de Netanyahu au banc des accusés. En effet, ce dernier s'est mis à dos toute la communauté internationale. Sans exception. Toutes les grandes puissances comme la Chine, l'Inde, la Russie, l'Europe avec 22 pays sur 28, toutes ont voté contre la reconnaissance américaine. De plus et comme attendu, tous les pays musulmans ont été unanimes pour rejeter l'idée de faire de Jérusalem la capitale d'Israël. Mais pas seulement, puisque le pape François a lancé, le 6 décembre dernier «un appel vibrant pour que tous s'engagent à respecter le statu quo de la ville, en conformité avec les résolutions de l'ONU à ce sujet». Face à ce rappel à l'ordre planétaire, le Premier ministre israélien s'enfonce de plus belle avec son arrogance habituelle. «Jérusalem est la capitale d'Israël, que l'ONU le reconnaisse ou non» a-t-il déclaré. Un jusqu'auboutisme qui ne présage rien de bon pour les Israéliens. Ceci dit, la résolution adoptée jeudi dernier par l'AG de l'ONU stipule que «la question de Jérusalem doit faire partie d'un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens». Ce qui veut dire deux choses au moins. D'abord que le monde entier est pour la «solution à deux Etats» qu'Israël rejette. A ce jour, pas moins de 137 Etats ont reconnu l'Etat de Palestine. Ensuite que la reprise, des négociations de paix entre les Israéliens et les Palestiniens, est incontournable. Des négociations que Tel-Aviv bloque unilatéralement. Ce qui lui permet de continuer à implanter de nouvelles colonies de peuplement en cisjordanie. Pensant ainsi rendre impossible le retour aux frontières de 1967 qu'impose la légalité internationale. Ces grossières manoeuvres accompagnées du discours frelaté de la victimisation ne trompent plus personne. La preuve vient d'être donnée à Manhattan. L'autre conséquence du vote onusien est la disqualification des Etats-Unis dans le règlement du conflit israélo-palestinien. Ce qui a pour avantage de conforter la position de la Russie sur l'échiquier international. Signe qui ne trompe pas, le ministre des Affaires étrangères britannique, Boris Johnson, était hier à Moscou pour recoller les morceaux d'une relation qui s'était bien dégradée. Au final, la Maison-Blanche a fait un cadeau empoisonné à Netanyahu et s'est tiré, dans le même temps une balle dans le pied avec sa reconnaissance de Jérusalem capitale d'Israël. Par contre, c'est un vrai cadeau de fin d'année pour Poutine!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha