Accueil |L'Editorial |

Des logements publics aux émigrés

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Test. La souscription des Algériens résidant à l'étranger pour la formule LPP (logement promotionnel public) est ouverte. C'est ce qu'a annoncé, jeudi dernier depuis Tlemcen où il était en visite, notre ministre de l'Habitat, Abdelwahid Temmar. Cette souscription se fera en ligne sur le site de l'Aadl qui, selon le ministre, «comprend tous les mécanismes et procédures à suivre pour bénéficier de cette formule d'habitat». A toutes fins utiles, nous rappelons que la formule LPP est pilotée par l'Entreprise nationale de promotion immobiliè (Enpi). Le plus important n'est pas là. Nous n'en sommes qu'à la première étape d'une opération longtemps promise qui se met, enfin, en place. Il a souvent été dit, par les uns et les autres, que les Algériens résidant à l'étranger demandent, au même titre que leurs compatriotes restés au pays, du droit au logement subventionné par l'Etat. Ce qui peut sembler légitime. Sauf qu'aucune donnée fiable n'existe pour quantifier cette demande. C'est pourquoi, Temmar a bien fait de préciser que cette souscription en ligne «servira en premier pour connaître le nombre exact de la demande qui sera exprimée et situer géographiquement cette demande, pour élaborer un programme en conséquence». Pour ce faire, c'est la formule du LPP qui a été choisie par le ministère de l'Habitat. Auparavant, la Cnep-banque avait lancé une formule proche de la location-vente et intitulée «Ijara Tamlikia» destinée autant aux nationaux résidant en Algérie qu'à ceux de l'étranger. Visiblement, le succès n'est pas encore au rendez-vous. D'où l'importance du «sondage» LPP qui est plus attractif avec son prix quatre fois inférieur à celui du marché. S'agissant de nationaux vivant à l'étranger, il est normal qu'ils effectuent leurs paiements en devises. Cette opération coïncide justement avec l'ouverture, annoncée en décembre dernier par le gouverneur de la Banque centrale d'Algérie, Mohamed Loukal, de cinq agences de la Banque extérieure d'Algérie notamment à Lyon, Marseille et Paris. Malgré toutes ces facilitations (formalités en ligne, paiement dans des agences bancaires algériennes ouvertes à l'étranger, prix du logement défiant toute concurrence), rien n'autorise à dire que nos compatriotes à l'étranger vont se ruer sur cette opportunité. D'abord, il y a ce paiement en devises sur la base du taux de change officiel qui n'est pas le canal préféré de nos compatriotes de l'étranger. Ensuite ces mêmes compatriotes n'ont été intéressés jusque-là que par la construction de maisons individuelles sur des terrains familiaux. Le logement «vertical» qui leur est offert dans de nouvelles cités s'écarte de cette «valeur sentimentale». Et enfin, nous sommes à la troisième génération de notre émigration qui n'a pas livré toutes ses aspirations. Evitons donc les pronostics un peu trop hâtifs et attendons les résultats de ce test. Des résultats qui permettront des analyses politiques, économiques, sociales et même culturelles. C'est plus qu'un sondage. 2000 logements LPP sont déjà mis sur ce «marché»!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha