Prévisions pour le 18 Decembre 2018

 Adrar Min 9 °C Max 22 °C
34
 Laghouat Min 1 °C Max 15 °C
32
 Batna Min -1 °C Max 13 °C
32
 Biskra Min 5 °C Max 16 °C
32
 Tamanrasset Min 8 °C Max 20 °C
23
 Tlemcen Min 7 °C Max 18 °C
32
 Alger Min 0 °C Max 18 °C
32
 Saïda Min 4 °C Max 16 °C
32
 Annaba Min 9 °C Max 16 °C
30
 Mascara Min 5 °C Max 22 °C
32
 Ouargla Min 6 °C Max 16 °C
32
 Oran Min 6 °C Max 19 °C
32
 Illizi Min 4 °C Max 21 °C
34
 Tindouf Min 6 °C Max 19 °C
32
 Khenchela Min -1 °C Max 13 °C
32
 Mila Min 2 °C Max 17 °C
34
 Ghardaïa Min 5 °C Max 15 °C
34
Accueil |L'Editorial |

L'orange et ses "pépins"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Aigre doux. Cette année nos exportations d'agrumes ont baissé de moitié comparativement à l'année précédente. C'est le SG de l'Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex), Hocine Boubtina, qui l'a annoncé, jeudi dernier. Pour être plus précis voilà ce qu'il a dit: «Les exportations des agrumes se sont établies à 20 304 dollars en 2017 contre 42 921 dollars en 2016». Il a préféré la valeur monétaire à la quantité. Notre premier client en matière d'agrumes a été le Qatar avec près de 9000 dollars, suivi par les Emirats arabes unis avec 6 000 dollars et Oman avec 5000 dollars. Devant ces recettes «anorexiques», nous avons voulu savoir ce que cela représente en quantités. Quelle est la production annuelle d'agrumes de notre pays? Quelle superficie est consacrée à ces agrumes? Quels sont les besoins de notre marché national? Sur le site Web du ministère de l'Agriculture, aucune information sur ce sujet. Ni sur d'autres productions agricoles d'ailleurs. Le dernier «rapport sur la situation agricole» date de 2006. Les dernières «statistiques agricoles du commerce extérieur» remontent, elles, à 2007. Un décalage d'une décennie. Seules les activités du ministre sont d'actualités. Boubtina a justifié cette baisse des exportations par «le manque d'organisation au niveau des professionnels de la filière, l'absence d'une visibilité sur les capacités d'exportation et la nécessité de répondre aux normes internationales». Visiblement, le manque d'organisation ne se limite pas aux seuls professionnels de la filière. Le SG d'Algex n'explique pas, non plus, pourquoi ce manque d'organisation a subitement frappé la filière pour faire baisser de moitié ses exportations. Et comme pour noyer le poisson, c'est le directeur du service agricole de la wilaya d'Alger qui est monté au créneau pour parler de la filière des agrumes. Il nous apprendra que «l'agrumiculture occupe une superficie agricole de 5730,6 ha, soit 17,62% de la superficie agricole totale de la wilaya d'Alger. La production agrumicole (d'Alger Ndlr) a été estimée à 1005 045 quintaux (q) en 2017 contre 962340 q en 2016». Cet exposé n'a rien à voir avec la baisse des exportations d'agrumes. Car notre pays compte une superficie globale de 66 millions d'hectares d'agrumes, qui a produit 12 millions de quintaux en 2015. Il faut dire que Boubtina n'a rien contre les quantités puisqu'il précise que «les exportations mondiales d'agrumes ont atteint près de 17 millions de tonnes (pas de quintaux) en 2016». Pour une valeur totale de près de 13 milliards de dollars. Il y a de quoi être triste avec nos 20 000 dollars en 2017. Pour ne pas rester sur cette note, nous avons relevé qu'en 2015, notre pays avait importé d'Espagne, d'Egypte et du Maroc pour 11 millions de dollars d'agrumes. Aujourd'hui ce n'est plus le cas. C'est autant d'économies. Même si notre secteur agrumicole reste plutôt aigre que doux!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha