Prévisions pour le 21 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 42 °C
34
 Laghouat Min 20 °C Max 30 °C
47
 Batna Min 12 °C Max 26 °C
34
 Biskra Min 21 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tlemcen Min 19 °C Max 30 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 30 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 32 °C
32
 Annaba Min 20 °C Max 27 °C
39
 Mascara Min 16 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 27 °C Max 37 °C
30
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 28 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 28 °C Max 41 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
34
 Mila Min 16 °C Max 28 °C
34
 Ghardaïa Min 24 °C Max 32 °C
34
Accueil |L'Editorial |

La terrible équation dans le message présidentiel

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Rechute»? Le président Abdelaziz Bouteflika a fait lundi dernier, dans son message à l'occasion de Youm El Ilm, une analyse sans concession sur de graves dangers qui guettent notre pays à court, moyen et long terme. Il voit trois principales menaces. «L'unité du peuple algérien sunnite est confrontée, aujourd'hui, à des idées, qui nous sont complètement étrangères et à d'effrayantes thèses religieuses qui ont été, dans un passé très proche, source de Fitna et pourraient encore l'être si elles ne sont pas appréhendées avec clairvoyance» a-t-il commencé à énoncer la première. En langage plus trivial, cela veut dire que les causes du cauchemar que nous avons vécu durant la décennie 1990 peuvent ressurgir encore. Ou encore que le «vaccin» des années de feu et de sang nécessite une «piqûre de rappel» pour renforcer notre immunité. Nous sommes sunnites a tenu à rappeler le chef de l'Etat. Tous les Algériens le savent, de génération en génération, depuis l'an I de l'hégire. Ce qui signifie que le rappel du président doit être compris avec gravité. Il signifie que des tentatives de fissurer cette unité spirituelle du peuple algérien sont en cours. Par des «idées complètement étrangères» et «d'effrayantes thèses religieuses» qui nous avaient déjà jeté dans les bras du terrorisme il y a trois décennies. Si nous n'y prenons pas garde et si nous ne nous mobilisons pas, nos ennemis risquent de nous faire «rechuter». Voilà qui exclut toute idée «d'immunité» définitive contre la Fitna. Il faut avoir le courage de remettre en question certaines «certitudes» semble suggérer le président Bouteflika. Avant de voir les voies et moyens de défense contre ces intrusions spirituelles, il y a les deux autres fronts énoncés dans le message présidentiel. La «civilisation (occidentale) nous met devant un double défi» précise le président de la République. D'une part «réussir l'acquisition du savoir et les moyens de développement économique et technique par nos générations montantes» tout en maintenant «l'attachement de notre société, tout entière, à ses références spirituelles et civilisationnelles authentiques». L'équation est terrible. Comment nous protéger contre les déviations que vit notre religion, tout en continuant notre quête du savoir dominé par les nouvelles technologies qui, pour leur part, ne laissent aucune place à nos référents et valeurs ancestrales. Il s'agit d'une projection sur le proche avenir. C'est pourquoi, le travail pédagogique doit commencer maintenant. Le gouvernement ne peut rien à lui seul. C'est l'affaire de tous. Les enseignants, les imams, les parents, les intellectuels, les artistes, les médias, les associations, etc. L'envie d'ajouter les partis politiques se heurte à l'absence dans leurs objectifs de tout projet de société. On pourra s'en désoler, mais cela ne changera rien. Et pourquoi pas des assises nationales sur le thème «le savoir et la préservation de nos valeurs»? Pour être relevés, ces trois défis nécessitent une coordination sans faille. Reconnue et acceptée par tous!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha