Zalène et la fin (qui) justifie les moyens

Généralités. Abdelghani Zalène notre ministre des Travaux publics et des Transports a réuni, samedi dernier, tous les cadres de son secteur. Absolument tous les cadres. Du ministère et des directions de wilayas. L'ordre du jour était vraiment important car il s'agissait principalement de «l'entretien et la préservation des infrastructures de base réalisées dans le secteur». Le ministre a énoncé l'essentiel de ces infrastructures. Ce sont «1200 km d'autoroute Est-Ouest, 24.000 km de nouveaux chemins de wilayas et communaux, 24.000 km de nouvelles voies ferrées, six nouveaux aéroports, 20 ports et abris de pêche, 18 km de lignes de métro, des tramways dans sept villes et 10 lignes de téléphériques, outre la modernisation des flottes aérienne et maritime, des transports urbain, suburbain et ferroviaire et de leurs structures d'accueil»...etc, etc. Il a ajouté que tous ces travaux réalisés depuis 1999 ont bénéficié d'une enveloppe de 130 milliards de dollars. Un précieux patrimoine qui nous a coûté «les yeux de la tête» et qui est indispensable au développement de notre économie et à sa diversité qui est en cours. C'est pourquoi Zalène a tenu à rappeler à ses cadres «Qu'il ne suffit pas de réaliser des projets, il faut également accorder une importance extrême aux infrastructures de base réceptionnées, à travers l'intensification des opérations d'entretien, de suivi et de contrôle, et ce avec la même volonté que celle exprimée pour la réalisation des projets, voire plus». Il a même qualifié ces infrastructures de «legs à préserver», que leur entretien et leur préservation doivent «être au centre de la politique du secteur». Un aussi beau tableau de nos réalisations suivi de solides promesses de préservation, rien de tel pour titiller notre fierté, voire même notre reconnaissance éternelle à notre administration. Sauf que notre ministre a laissé «la douche froide» pour la fin. D'abord en nous apprenant que, face à la conjoncture financière que traverse le pays, l'argent prévu pour la maintenance a été revu à la baisse. La suite est renversante. Le «programme d'entretien de 2018 pour les différentes infrastructures, sera lancé prochainement». Quand ce «prochainement» est annoncé le 5ème mois de l'année, on se demande si l'entretien de 2018 ne sera pas décalé pour 2019. Zalène se veut rassurant. «Le ministère veillera à la mise en oeuvre des programmes d'entretien», a-t-il précisé sans dire comment. Peut-être pensait-il aux maisons cantonnières qu'il faudra bien rentabiliser. Simple supposition car on se demande finalement quel message a voulu faire passer le ministre en rendant publique la réunion avec ses cadres? Seul lot de consolation, sa conférence de presse à l'issue de la réunion. Les thèmes abordés étaient très intéressants, mais sans aucun rapport avec le sujet de la réunion. C'est une nouvelle forme de la communication institutionnelle!