Prévisions pour le 13 Decembre 2018

 Adrar Min 6 °C Max 19 °C
32
 Laghouat Min 2 °C Max 17 °C
30
 Batna Min 0 °C Max 12 °C
30
 Biskra Min 3 °C Max 17 °C
34
 Tamanrasset Min 5 °C Max 18 °C
30
 Tlemcen Min 5 °C Max 15 °C
11
 Alger Min 8 °C Max 17 °C
11
 Saïda Min 2 °C Max 16 °C
11
 Annaba Min 8 °C Max 18 °C
30
 Mascara Min 5 °C Max 16 °C
11
 Ouargla Min 5 °C Max 19 °C
32
 Oran Min 11 °C Max 18 °C
47
 Illizi Min 7 °C Max 23 °C
32
 Tindouf Min 7 °C Max 22 °C
32
 Khenchela Min -2 °C Max 15 °C
34
 Mila Min 2 °C Max 18 °C
12
 Ghardaïa Min 6 °C Max 18 °C
34
Accueil |L'Editorial |

Le "drapeau blanc" du ministère du Commerce

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Laxisme? «Le montant des transactions commerciales non facturées mises au jour par le ministère du Commerce a atteint 51,32 milliards de dinars durant le premier semestre de l'année 2018». C'est ce que vient d'apprendre à l'APS, le ministère du Commerce. Durant toute l'année 2017, ce montant avait atteint 116,45 milliards de dinars. Le rythme de cette importante infraction semble se maintenir. Pourtant, en 2016 et pour toute l'année, ce chiffre était de 59, 3 milliards de dinars. Ce qui voudrait dire que la situation s'est subitement aggravée en 2017 sans aucun fléchissement à la baisse depuis. A quoi rime cet exercice du ministère du Commerce sinon à étaler sur la voie publique son incapacité à réduire le phénomène. Si les saisies, les fermetures des locaux et les amendes infligées, telles qu'annoncées par le ministère du Commerce, n'ont pas eu ce pouvoir dissuasif, il faut continuer à chercher le «remède». Est-il dans une plus grande répression? Est-il dans la constitution d'un fichier national de ce type de fraudeurs? Faut-il impliquer plus les producteurs nationaux et les importateurs quant aux choix de leurs grossistes? Et les grossistes eux-mêmes dans le choix de leurs détaillants? Car, il faut se rendre à l'évidence, nous sommes au coeur de l'économie informelle. C'est cette économie informelle qui bloque notre passage au e-commerce. Au paiement électronique. C'est cette économie informelle qui échappe totalement à la fiscalité. Sans parler de l'épargne à laquelle elle ne participe pas, cette économie informelle échappe à toute responsabilité sanitaire. Que ce soit en matière de santé publique courante (composition des produits) ou dans des cas d'intoxications alimentaires. On aura beau continuer à égrener les «chefs d'accusation» propres à l'économie informelle, l'attitude du ministère du Commerce qui se contente de publier son «bilan d'activités» sans se soucier un seul instant de son innocuité est inexplicable et inacceptable. Il ne s'agit pas de sévir pour sévir, mais pour atteindre un objectif qui est de faire reculer ce type de parasites. Soit le ministère du Commerce considère que cet objectif n'est pas dans ses missions auquel cas, il devrait au moins cesser de démoraliser les citoyens avec ses sorties chiffrées, «drapeaux blancs» en tête. On a souvent entendu que l'économie informelle générait une quantité considérable d'emplois comme pour mieux lui accorder une certaine immunité. Ce qu'on oublie d'ajouter est qu'il s'agit d'emplois précaires, sans aucune couverture sociale. Dans très peu de temps cette catégorie de travailleurs sera aux portes de la retraite sans avoir cotisé. Quel sera son sort? Quelle fin de vie sans pension de retraite? Le monde entier est en proie à des guerres commerciales. Ce sont des guerres que se livrent des Etats. Pour nous il s'agit d'une «guerre intérieure» que nous devons mener et gagner si nous ne voulons pas que des forces extérieures s'en saisissent à nos dépens. A ce stade, les chiffres du ministère du Commerce paraissent complètement insensés!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha