Prévisions pour le 19 Decembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 21 °C
32
 Laghouat Min 2 °C Max 17 °C
30
 Batna Min 1 °C Max 13 °C
30
 Biskra Min 3 °C Max 17 °C
30
 Tamanrasset Min 8 °C Max 19 °C
23
 Tlemcen Min 7 °C Max 16 °C
30
 Alger Min 3 °C Max 18 °C
30
 Saïda Min 2 °C Max 17 °C
30
 Annaba Min 6 °C Max 18 °C
30
 Mascara Min 5 °C Max 21 °C
30
 Ouargla Min 5 °C Max 16 °C
30
 Oran Min 7 °C Max 19 °C
30
 Illizi Min 7 °C Max 22 °C
34
 Tindouf Min 6 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 0 °C Max 15 °C
34
 Mila Min 2 °C Max 17 °C
30
 Ghardaïa Min 4 °C Max 17 °C
30
Accueil |L'Editorial |

L'envolée d'Icare

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'Histoire regorge d'exemples et plus particulièrement celle des potentats à l'époque de la civilisation arabo-islamique. Mais pas seulement. Du temps des pharaons eux-mêmes, il n'était pas rare que des scandales agitent le microcosme limité à la cour puisqu'en ce temps-là les moyens de communication étaient plutôt rudimentaires. Ainsi, que ce soit dans les capitales comme Babylone, Memphis (première capitale de l'Égypte, et la plus durable, située quelques kilomètres au sud-est du Caire, près de l'endroit où la vallée du Nil devient le delta), Athènes, Rome, Saint-Petersburg ou Paris, les petites histoires dont se délectaient les courtisans contribuaient à franchir le cap des années moroses quand ce n'était pas celui des transitions sanglantes.
Paris sera toujours Paris et si Versailles n'est plus conté, n'en déplaise à Sacha Guitry, c'est aujourd'hui le tour de l'Elysée de bruire de mille et une nouvelles, plus ou moins corsées mais indubitablement croustillantes. L'affaire Benalla, avec ses zones d'ombre peu à peu estompées et ses coups de théâtre que n'aurait pas désavoué Molière lui-même, contribue à démontrer que le commensal du roi est toujours dans les jardins du palais. Et, comme l'Histoire le montre à chaque fois, il s'agit toujours d'un personnage rocambolesque, inconnu et omniprésent tout à la fois, le plus proche parmi les proches du monarque dont il assure les pas et protège les secrets les plus intimes grâce à un mutisme inestimable et une efficience proverbiale.
Benalla, de ce point de vue, est le premier valet de chambre de sa gracieuse majesté, pour qui n'a pas compris les fonctions multiples et les titres officiels dont il bénéficiait. Comme au temps du roi Soleil, Louis XIV pour ne pas se tromper, le premier valet de chambre est un personnage central auquel on peut confier ses états d'âme, confident et conseiller redouté et redoutable pour les personnages les plus en vue dans l'entourage du roi, n'ignorant rien de son exercice du pouvoir et, bien sûr, de son intimité. Ainsi, disposait-il non seulement des clés de la maison royale, à commencer par ses alcôves, mais aussi de celles du coffre qui allait devenir, quelques siècles plus tard, la «caisse noire»!
Alexandre est un prénom béni et sans doute que Benalla ne l'a pas choisi par hasard. En entrant dans le sérail du président jupitérien qu'est devenu Emmanuel Macron, il savait assurément les dividendes qu'il ne manquerait pas de récolter. A 26 ans, on ne devient pas par hasard lieutenant-colonel de la gendarmerie, certes dans la réserve, mais tout de même officier supérieur, sans la bénédiction latente ou prononcée de la «famille» royale.
Ce qui montre à quel point l'envolée d'Icare fut, est et sera toujours fatale pour qui ne sait pas maîtriser ses élans. A trop s'approcher du soleil, «Icare a chu ici, le jeune audacieux» et Benalla, Alexandre ou pas, ne pouvait échapper au même sort, tant sa volonté de puissance aura fini par l'aveugler...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha