Prévisions pour le 19 Septembre 2018

 Adrar Min 26 °C Max 37 °C
30
 Laghouat Min 19 °C Max 28 °C
30
 Batna Min 16 °C Max 29 °C
47
 Biskra Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 20 °C Max 26 °C
39
 Alger Min 21 °C Max 27 °C
30
 Saïda Min 18 °C Max 26 °C
11
 Annaba Min 22 °C Max 29 °C
12
 Mascara Min 19 °C Max 28 °C
39
 Ouargla Min 25 °C Max 35 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 23 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 21 °C Max 35 °C
34
 Khenchela Min 16 °C Max 28 °C
47
 Mila Min 18 °C Max 27 °C
47
 Ghardaïa Min 22 °C Max 32 °C
30
Accueil |L'Editorial |

Le mystère des valises de devises

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Hémorragie. Le communiqué des douanes faisant état de 21 infractions liées au trafic de devises qui ont été enregistrées jusqu'au 2 septembre de cette année à l'aéroport international Houari Boumediene d'Alger venait à peine d'être publié qu'un autre communiqué de la Dgsn de même nature et dans le même aéroport, l'a suivi. Il s'agit cette fois de deux voyageurs découverts en possession de devises non déclarées. Cela fait un peu beaucoup. Pas seulement dans le nombre de personnes interpellées, mais aussi dans les quantités de devises saisies chez ces personnes. Au début du mois d'août, à Tébessa, au poste frontalier avec la Tunisie, les douaniers et les policiers ont dans une action combinée arrêté un individu qui tentait de faire passer la somme de 2 millions d'euros. Un mois après, au début de ce mois de septembre, à 4h du matin à l'aéroport Houari Boumediene, c'est la somme de 1 million 450 000 euros qui ont été découverts dans les bagages d'un voyageur en partance pour Istanbul. Entre ces deux grosses affaires, il y a les «moyennes». Toujours dans le même aéroport, un peu plus de 200 000 euros trouvés dans les valises d'un autre voyageur le 31 juillet dernier. Dans ces mêmes lieux, samedi dernier, une dame, la quarantaine et un jeune Africain de 20 ans ont tenté de sortir du pays respectivement 100 000 et 30 000 euros. Une fréquence et une ampleur qui donnent à réfléchir. D'abord et s'agissant de monnaies étrangères il y a lieu de se demander comment elles ont «atterri» chez nous? Certainement pas par la voie bancaire. On voit mal ces personnes retirer de leur banque d'aussi importantes sommes sans être signalées aux autorités concernées. D'autant qu'un jeune Africain de 20 ans qui n'a pas encore démarré dans sa vie d'adulte ne peut pas posséder 30 000 euros. A moins d'être le fils d'une personne très riche auquel cas le risque pris par ce jeune ne s'explique nullement. Deuxième hypothèse: par le circuit du marché informel de la devise? Plus que probable. Chacun sait d'où est alimenté ce marché. Contrairement aux Marocains et aux Tunisiens, un grand nombre de nos émigrés préfèrent le change parallèle pour envoyer de l'argent au bled. Le problème qui se pose est de savoir pourquoi il n'y a pas eu de connexion entre les «importateurs» et les «exportateurs» de devises? Pour éviter les risques encourus par ce va-et-vient illicite de monnaies étrangères. La cause de cette absence de «coopération» qui vient à l'esprit est liée aux pays «émetteurs» (en général l'Europe) différents des pays «récepteurs» (Turquie, Mali, Tunisie) à l'exception de la dame aux 100 000 euros qui se dirigeait vers l'Espagne. D'ailleurs les frontières maritimes de notre pays n'ont enregistré aucune saisie de devises. Les gros mouvements de capitaux ne passent pas inaperçus en Occident. Oui, mais pourquoi cette brusque accélération de transfert illicite de devises? Moins d'importations c'est moins de surfacturations, donc plus de besoins en devises à l'étranger. Il faut ajouter que la lutte contre la corruption qui s'est intensifiée a soufflé un vent de panique dans ces milieux-là. Il devient très risqué de garder chez soi de grosses sommes d'argent. Avec les nombreuses affaires et leurs multiples ramifications, les perquisitions deviennent «monnaie courante»!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha