Prévisions pour le 23 Octobre 2018

 Adrar Min 20 °C Max 30 °C
28
 Laghouat Min 10 °C Max 21 °C
30
 Batna Min 9 °C Max 14 °C
28
 Biskra Min 16 °C Max 24 °C
30
 Tamanrasset Min 18 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 20 °C
28
 Alger Min 15 °C Max 22 °C
39
 Saïda Min 10 °C Max 22 °C
28
 Annaba Min 16 °C Max 21 °C
39
 Mascara Min 13 °C Max 21 °C
28
 Ouargla Min 17 °C Max 24 °C
30
 Oran Min 17 °C Max 24 °C
28
 Illizi Min 18 °C Max 29 °C
28
 Tindouf Min 18 °C Max 22 °C
26
 Khenchela Min 8 °C Max 13 °C
28
 Mila Min 12 °C Max 17 °C
12
 Ghardaïa Min 14 °C Max 23 °C
30
Accueil |L'Editorial |

Ahed Tamimi, la voix des enfants palestiniens

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Il semble que le désaccord intervenu récemment entre lui et son ami et partenaire de l'accord de Carthage, Rached Ghannouchi, n'ait pas affecté le président Béji Caïd Essebsi qui a reçu, hier, dans le Palais présidentiel, l'icône de la résistance palestinienne, l'adolescente Ahed Tamimi, selon les médias locaux. Bizarrement, la nouvelle a été transmise par le staff médiatique du président tunisien à l'agence turque Anadolu qui a annoncé l'arrivée de la jeune fille à l'aéroport international de Tunis-Carthage pour une visite en Tunisie, à l'invitation du président Essebsi. Dans la foulée, l'Union générale des travailleurs tunisiens a organisé une cérémonie pour rendre hommage à Ahed Tamimi et à sa famille, cérémonie largement commentée sur sa page Facebook.
Rappelons que l'adolescente palestinienne, alors âgée d'à peine 17 ans, est devenue une icône de la résistance populaire pacifique en Palestine, après son arrestation brutale, avec sa mère Nariman, en décembre 2017, pour avoir giflé un officier israélien conduisant une incursion dans son village, Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah. Avant d'être reçue par le président Béji Caïd Essebsi, elle a séjourné à Madrid où l'un des plus grands clubs de football en Espagne et au monde, le Real Madrid, fidèle à sa politique devenue une tradition, l'a honorée, en l'accueillant au stade Santiago Bernabeu, et l'a gratifiée d'un maillot portant son prénom Ahed et le numéro 9, spécifiquement utilisé par les grévistes palestiniens.
L'événement n'était pas passé inaperçu dans les milieux sionistes et Israël a cru même nécessaire d'élever des protestations! Comme si les huit mois de prison auxquels elle a été condamnée en mars dernier pour «obstruction et attaque d'un soldat israélien en service» n'étaient pas une atteinte flagrante aux droits de l'homme et aux résolutions des Nations unies. Depuis que sa mère et elle ont été libérées, à l'entrée de leur village, au centre de la Cisjordanie occupée par l'Etat hébreu en toute illégalité et au mépris du droit international, Ahed Tamimi a pris le bâton de pèlerin pour témoigner à l'adresse de l'opinion internationale sur les nombreux crimes totalement impunis et les sévices inqualifiables que les forces d'occupation sionistes infligent, chaque jour et chaque nuit, aux enfants palestiniens des territoires occupés. Une dizaine d'entre eux ont été tués par les tirs des soldats israéliens, au cours des deux semaines écoulées, parmi les centaines d'autres victimes dont une majorité d'adolescents. Ainsi, l'ONG Defence for Children International chiffre à près de 700 les mineurs palestiniens en détention illégale et soumis aux mauvais traitements de leurs geôliers. Le témoignage de Ahed Tamimi constitue, de ce fait, un espoir et une consolation.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha