Prévisions pour le 15 Decembre 2018

 Adrar Min 7 °C Max 17 °C
32
 Laghouat Min 5 °C Max 12 °C
32
 Batna Min 2 °C Max 9 °C
12
 Biskra Min 8 °C Max 18 °C
23
 Tamanrasset Min 6 °C Max 21 °C
34
 Tlemcen Min 4 °C Max 13 °C
30
 Alger Min 8 °C Max 16 °C
30
 Saïda Min 3 °C Max 12 °C
30
 Annaba Min 12 °C Max 16 °C
11
 Mascara Min 3 °C Max 14 °C
30
 Ouargla Min 10 °C Max 17 °C
32
 Oran Min 8 °C Max 17 °C
30
 Illizi Min 5 °C Max 16 °C
32
 Tindouf Min 10 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 1 °C Max 8 °C
39
 Mila Min 8 °C Max 13 °C
39
 Ghardaïa Min 7 °C Max 15 °C
32
Accueil |L'Editorial |

Les frissons du vieux parti

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le FLN n'est pas seulement le baromètre de la scène politique nationale. Ses boursouflures et ses coups de gueule font souvent office de BMS à prendre très au sérieux quant à l'évolution du climat social du pays. L'inattendue démission du secrétaire général du parti majoritaire, Djamel Ould Abbès, a donné bien des frissons à la direction et aux militants du parti, surpris par la nouvelle, alors qu'ils se trouvaient pleinement engagés dans les primaires pour les prochaines élections sénatoriales. Il faut s'attendre à un rythme très accéléré des événements politiques dans les prochaines semaines, surtout que l'on se situe exactement à cinq mois d'une élection présidentielle déterminante. Les structures du parti seront submergées par une intense activité. Ould Abbès était-il une force d'inertie qui bloquait le parti? Il va falloir, alors que la situation se débloque par la tenue d'une réunion extraordinaire du comité central, désigner un nouveau secrétaire général. A quelque chose, malheur est bon, cette réunion est revendiquée au moins depuis une année par les détracteurs du désormais SG du FLN. Pour l'heure, l'intérim sera assuré par Mouad Bouchareb, fraîchement nommé président de l'APN, en attendant que les organes habilités du parti du FLN se prononcent sur son remplacement. De nombreux observateurs avancent le nom de Tayeb Louh comme potentiel successeur à Ould Abbès à la tête du parti. L'actuel ministre de la Justice n'a jamais caché ses ambitions de prendre les rênes du parti. Auréolé de son bilan à la tête du secteur de la justice qu'il a réformé de fond en comble, Louh est au yeux de nombreux militants l'homme qui donnera un nouveau souffle au parti. Mais son éventuelle nomination suppose au moins un léger remaniement de l'Exécutif puisqu'il dirige un ministère de souveraineté. Une double casquette à la veille d'une élection présidentielle risque d'être mal perçue aussi bien au plan national qu'international. Le second écueil qui peut se dresser face à cette nomination est sa relation avec le patron du RND, Ahmed Ouyahia, avec lequel les rapports ne semblent pas au beau fixe. L'on s'interrogera alors sur le sort qui sera réservé à l'Alliance présidentielle. C'est dire que la partie s'annonce dure. Usé par une crise devenue au fil des années, chronique, le vieux parti a-t-il encore des munitions dans sa musette? Sûrement! Pour des scénaristes avisés, il y a matière à un vrai feuilleton restituant la tragédie d'un parti qui a concentré tous les conflits qui meurtrissent le pays: rivalité entre partis, putschs, coups d'Etat scientifiques, redressements et démissions. Son histoire est un tissu fait d'intrigues et de coups bas, perlé de moments de paix. Le FLN est un parti qui ne dort jamais.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha