Prévisions pour le 15 Decembre 2018

 Adrar Min 7 °C Max 17 °C
32
 Laghouat Min 5 °C Max 13 °C
32
 Batna Min 2 °C Max 9 °C
39
 Biskra Min 8 °C Max 18 °C
23
 Tamanrasset Min 8 °C Max 21 °C
34
 Tlemcen Min 3 °C Max 13 °C
30
 Alger Min 8 °C Max 16 °C
39
 Saïda Min 2 °C Max 12 °C
30
 Annaba Min 12 °C Max 16 °C
23
 Mascara Min 3 °C Max 14 °C
30
 Ouargla Min 10 °C Max 17 °C
32
 Oran Min 8 °C Max 17 °C
30
 Illizi Min 5 °C Max 16 °C
32
 Tindouf Min 10 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 1 °C Max 8 °C
11
 Mila Min 7 °C Max 12 °C
39
 Ghardaïa Min 7 °C Max 15 °C
32
Accueil |L'Editorial |

Importations, où sont les quantités?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Calcul. La facture de nos importations de produits alimentaires augmente alors que l'importation de 800 produits a été suspendue. Le Centre national des transmissions et du système d'information des douanes (Cntsid) a précisé que cette facture s'est établie à 7,25 milliards de dollars pour les 10 premiers mois de cette année. En hausse de 130 millions de dollars par rapport à la même période de 2017. Selon les douanes, ce sont les céréales, semoules et farines qui sont la cause de ces hausses. Tout le reste, c'est-à-dire la poudre de lait, le sucre, les légumes secs, le café, le thé et les viandes ont vu leurs factures baisser. Par contre, la facture des «huiles destinées à l'industrie alimentaire» a augmenté. Même la facture d'importation des médicaments a augmenté de près de 13%. Le centre des douanes ne donne pas les quantités. Difficile dans ce cas de savoir si la facture d'importations augmente tirée par la hausse des quantités ou plus simplement à cause d'un «emballement» des prix sur les marchés internationaux. Dans les deux cas, les 800 produits suspendus auraient dû marquer un certain allégement de cette facture. Ceci en faisant jouer la logique. Visiblement, l'import-import est régi par d'autres «règles». On serait même tenté de dire qu'un lien de causes à effets existe entre ces calculs de «rey-rey» et notre désintérêt pour l'enseignement des mathématiques estimé à seulement 3,46% par Mme Benghebrit. Pourquoi le centre des douanes et le ministère du Commerce ne communiquent pas la valeur en dollars de ces 800 produits suspendus? Ce que le pays gagne en les suspendant? Quel que soit le motif des augmentations des factures d'importations que vient d'établir le centre des douanes, il est difficile d'admettre qu'aucune quantité n'accompagne ces statistiques. On peut dès lors penser à une flambée des cours à l'international comme on peut penser à une brusque augmentation des quantités importées (démographie oblige). Tout comme on peut penser à la surfacturation. La pensée est libre. Plus sérieusement, il est impératif d'aller vers plus de transparence dans le commerce extérieur. L'opinion nationale a le droit aux détails dans ces opérations très sensibles. Surtout que la baisse du déficit de la balance des paiements annoncé le mois dernier par la Banque d'Algérie n'est pas fait pour durer. Il faut lui intégrer le yoyo du prix du baril. Un problème de maths!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha