Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |L'Editorial |

Un divorce tunisien

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Il fallait s'y attendre: la rivalité entre le directeur exécutif de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, et le chef du gouvernement, Youssef Chahed, ne pouvait laisser les Tunisiens indifférents, dans un contexte général empreint de mal-vie. Un nouveau palier a été franchi, avec l'entrée en lice du président de la République, Béji Caïd Essebsi, qui a rompu le pacte, conclu en 2014, avec le chef de file des islamistes, Rached Ghannouchi. Motif, une «menace de mort» implicite à son encontre, alors que Ennahdha vit une campagne violente, accusé par les militants de gauche d'avoir mis en place une organisation para-militaire secrète, «coupable de l'assassinat» de deux importantes figures du mouvement progressiste.
L'occasion était trop belle pour le clan Essebsi, désireux d'en finir avec les prétentions de Youssef Chahed. «J'avais autrefois défendu Ennahdha et, aujourd'hui encore, je n'ai aucun problème avec eux, ni positif ni négatif» a déclaré Béji Caïd Essebsi, lors d'une réunion du Conseil de sécurité nationale, durant laquelle il a pointé du doigt des intentions belliqueuses à son égard. Ainsi, déclarait-il la guerre à son ancien partenaire dont il souligne une dimension trouble. «L'affaire de l'organisation secrète du mouvement Ennahdha a pris une proportion internationale, d'autant plus que cette affaire n'est plus aussi secrète», a ainsi estimé Béji Caïd Essebsi:«Le comité de défense de Belaïd et Brahmi a demandé à me voir et j'ai accepté. Les trois avocats m'ont remis un grand recueil de documents et d'éléments de preuves que je ne pouvais occulter. Cependant, cela semble gêner certaines parties, plus précisément le mouvement Ennahdha. Mais je ne crains personne, encore moins Ennahdha [...] Ils ont rendu un communiqué nocturne pour contester les déclarations faites au palais de Carthage par le comité de défense. Auraient-ils cru que je ne dormirai pas de la nuit à cause de leur communiqué? J'ai la conscience tranquille, moi! Et puis, ce communiqué se veut menaçant. Avec nous, ça ne marche pas!». La formation de Ghannouchi s'est empressée de riposter, mettant en garde contre la tentation d'impliquer la plus haute institution dans des querelles politiciennes. Il y a peu de chance que son appel soit entendu, même si les islamistes ajoutent que «si l'orateur est fou, l'auditeur doit être sage!». Ce faisant, ils tentent d'apaiser le climat d'une transition démocratique difficile mais, les couteaux étant aiguisés, les mois qui viennent risquent fort de secouer une Tunisie à peine convalescente.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha