Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |L'Editorial |

Ces boissons qui font des "vagues"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Eaux troubles. Que se passe-t-il dans l'industrie des boissons? Des «affaires» concernant des produits de ce secteur se suivent et se ressemblent. La dernière boisson touchée, vendredi dernier, par ce qui prend des allures «d'épidémie» est l'eau minérale portant la marque «Texanna». Selon «un responsable, cité par l'APS, de la direction du commerce de la wilaya de Jijel, une «enquête a été ouverte suite à des informations faisant état de la présence de résidus visibles à l'oeil nu signalés dans une bouteille d'eau minérale de la marque Texanna». L'usine qui produit cette eau appartient à un privé et est située dans la commune du même nom dans la wilaya de Jijel. L'enquête suit son cours. Du moins il faut le croire car depuis, rien de nouveau n'est venu compléter cette «alerte». Ni du côté de l'industriel concerné ni du côté du ministère du Commerce. Tout se passe au niveau régional. La découverte de l'anomalie et l'enquête. Mais en attendant, l'information a été largement diffusée à l'échelle nationale. Une semaine auparavant, toujours un vendredi, c'est le directeur de l'Education nationale de la wilaya d'El Bayadh qui, dans une note (N° 1142) adressée aux établissement scolaires relevant de son autorité, «met en garde (leurs élèves) contre la consommation de la poudre de jus instantané de marque 'Amila'', et ce après que la direction de l'éducation eut reçu une correspondance de la direction du commerce portant le numéro 5876, indiquant que cette poudre de jus 'Amila'' contient de la pyrazole (produit chimique), classée parmi les alcaloïdes et utilisée comme psychotrope». Suite à quoi, le ministère du Commerce a décidé, deux jours plus tard, de retirer cette poudre (12 tonnes) du marché et de geler l'activité de la société, sise à Boufarik dans la wilaya de Blida, qui la fabrique. Des analyses dans différents laboratoires sont en cours.
La société qui fabrique la poudre a réagi «mollement». A ces deux affaires il faudrait ajouter une autre affaire qui avait fait réagir en août dernier la société Nestlé qui a cru bon d'expliquer que «sa source d'eau de Sidi El Kebir située à Blida (qui lui a été cédée par un opérateur privé algérien) n'est pas affectée par le choléra». C'était à l'époque de l'apparition de cas de cette maladie. Ces trois affaires ont comme dénominateur commun le même secteur d'activité. Coïncidences? Seulement des coïncidences?

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha