Accueil |L'Editorial |

La Syrie est sauvée

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Après sept années de guerre totale, ponctuée de destructions massives, de milliers de victimes et de plus de 5 millions d'exilés fuyant les massacres, la Syrie a retrouvé en 2018 une paix relative. Grâce au soutien de ses alliés iranien, libanais (Hezbollah) et russe, surtout, l'Armée arabe syrienne est parvenue à reconquérir une large part du territoire longtemps morcelé et sous le joug de nombreux groupes terroristes dont le plus féroce aura été sans conteste Daesh. En témoignent les fosses communes découvertes ici et là, avec leurs centaines de corps torturés, démembrés, égorgés au motif qu'íls auraient été des mécréants selon la conception très relative de l'Islam chez les terroristes du groupe Etat islamique. Damas a fêté le 24 décembre dernier Noël dans un concert de musique, de chants et de joies qui prouvent à tous les détracteurs occidentaux et autres du régime que la Syrie est et demeure un Etat où coexistent toutes les ethnies et toutes les confessions depuis des lustres et que l'agression dont le pays a été victime n'avait d'autre but que de changer la nature du régime politique au grand bénéfice du voisin sioniste dont l'obsession expansionniste dépasse les frontières des territoires palestiniens occupés, sous prétexte de préserver la sécurité d'Israël, mais dans le but inavoué de poursuivre la réalisation du grand Israël. Jamais cette option n'aura été aussi proche du triomphe puisque des Etats arabes s'en sont fait les complices à peine masqués, sacrifiant au passage les aspirations de leur peuple et celles de plusieurs de leurs dirigeants antérieurs comme le roi Fayçal, un symbole de cette foi et de cette détermination. Dieu merci, la Syrie est aujourd'hui sauvée et le peuple syrien a bien raison de fêter l'événement malgré les immenses blessures que ses villes et ses âmes portent à l'unisson. Il a bien raison car il revient de loin, les forces rétrogrades comme les forces occultes qui ont oeuvré à sa destruction barbare ayant été à deux doigts de parvenir à leur objectif en sacralisant les groupes terroristes qu'ils prétendent combattre ailleurs, leur apportant armes et soutien politique, avec un aplomb qui n'a d'égal que leur absence totale de vergogne. L'engagement total de la Russie et son combat aux côtés de l'Armée arabe syrienne ont vite fait de modifier les contours de la scène et s'il reste encore quelques relents au nord-est, avec la présence d'une armée turque qui n'y a pas été invitée, ou du côté de Deir Ezzor où les 2000 éléments des forces spéciales américaines sont en train de plier bagage, le fait est que le gouvernement du président Bachar al Assad peut désormais regarder droit dans les yeux ses ennemis d'hier, à commencer par ceux-là même qui l'ont chassé du conclave prétendument baptisé Ligue arabe.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha