Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |L'Editorial |

Kaouane et le défi des journalistes

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Etude de «marché». Notre ministre de la Communication, Djamel Kaouane, a fait, à partir de Bouira où il était en visite samedi dernier, un constat réaliste des différents supports professionnels de l'information face au phénomène des réseaux sociaux. «Le journaliste aujourd'hui est en train d'être déclassé par le phénomène des réseaux sociaux, nous devons donc tous travailler pour relever le défi», a-t-il notamment affirmé. Il a raison, car, c'est par son travail que le journaliste professionnel pourra éviter d'être éclipsé par les internautes qui interviennent sur les réseaux sociaux. Comment? Mais d'abord une clarification. Les aspects financiers et de gestion des médias abordés à juste titre par le ministre relèvent des attributions des éditeurs. Ceci pour dire que le problème comporte deux parties qui doivent être menées de concert. Si le journaliste professionnel réussit à préserver son audience dans ce nouveau monde du numérique, il attirera, du même coup, les annonceurs avec les recettes que les éditeurs attendent. On le voit bien, l'étape capitale est dans le professionnalisme du journaliste. Autre constat. Que contient l'information véhiculée par les réseaux sociaux? Tout et n'importe quoi. Quand ce n'est pas des Fake News, c'est une information à l'état brut. Dans le style des agences de presse qui sont d'ailleurs les plus menacées. Ce qui manque dans le paysage médiatique surencombré d'aujourd'hui, c'est un vrai travail journalistique pour guider le public à mieux comprendre les informations qui se déversent sur la Toile. Plus clairement, le journaliste professionnel devra s'emparer du contenu des réseaux sociaux pour l'intégrer au même titre que tous les autres champs d'activités. Comme la vie des partis. Comme la vie économique. Comme la vie culturelle ou le sport. Etc. Les réseaux sociaux deviendraient ainsi une rubrique dans l'organisation rédactionnelle des médias. Il s'agira de traiter les contenus diffusés par les réseaux sociaux. Le journaliste professionnel apportera le complément nécessaire en expliquant, en argumentant et en analysant la «production» des réseaux. Un tweet ou une vidéo postée ne résisteront jamais à une analyse ou un éclairage journalistique honnête et percutant. Sans idéologie. Le public a soif de comprendre tout en refusant d'être intoxiqué. C'est ce défi que nous, journalistes professionnels, devons gagner. Il est à notre portée!

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha